Synthèse de l’activité de l’atelier pour l’année universitaire 2022-2023

Organisation : Aida Copra, Emilie Gauthier, Silvia de Min

Participants en 2023 :  Léonard de Carvalho, Alice Clabaut, Isabeau Besnier, Laura Krippes, Ada Desideri, Clara Chevalier, Chahinez Razgallah, Nadia Matranga

Au cours de l’année universitaire 2022-2023, l’atelier de critique dramatique de l’Initiative Théâtre de l’alliance Sorbonne Université s’est rendu à onze représentations théâtrales. Lors de leurs séances mensuelles, participants et organisateurs ont partagé leurs impressions sur chaque spectacle, leur travail critique et leur réflexion sur le fonctionnement d’une critique dramatique. Voici la synthèse des difficultés heuristiques auxquelles se sont confrontées les participants et le résultat de leurs réflexions au terme de cette année universitaire.  

Qu’est-ce qu’une critique dramatique et que reste-il de cette pratique en 2023 ? À cette question, l’atelier répond d’abord par la négative : une critique dramatique n’est ni un article journalistique, ni une réclame, ni une analyse de spectacle, ni un travail documentaire, ni un jugement personnel. D’un point de vue théorique, une critique dramatique consiste en l’évaluation qualitative d’une production scénique selon six critères fondamentaux : l’appréciation de la performance des acteurs, le travail des praticiens (concepteurs sons et lumières, régie, etc.), la qualité du texte (notamment lorsqu’il s’agit d’une création), le travail scénographique et la mise en scène, le contexte de création et de production, et enfin l’atmosphère qui se dégage de la salle (rires, larmes, applaudissements). Mais cette évaluation qualitative d’une production scénique peut-elle être neutre ? Parce qu’à ces six critères fondamentaux s’ajoute encore l’émotion même du critique, qui avant d’être un esprit analytique est avant tout un spectateur, une critique dramatique ne peut être neutre. Plus encore : elle ne doit pas l’être. La neutralité nous est souvent apparu comme étant la marque, non point d’une critique dramatique, mais d’une analyse de spectacle. Un critique dramatique doit donc prendre parti et développer son point de vue critique, sans toutefois céder au jugement de valeur ou de goût. 

On ne nait pas critique, on le devient : c’est uniquement par la pratique que le critique peut aiguiser son regard et sa plume. Les membres de l’atelier se sont ainsi amusés à calquer leur ton sur celui du spectacle : au spectacle comique répondait une plume rieuse ; aux représentations larmoyantes, un style mélancolique. Mais ce qui anime toujours la plume, c’est ce tressage entre argumentation et persuasion, entre stylisation de l’analyse et parti pris.  Parti pris qui, du reste, ne va jamais jusqu’à la provocation en duel : parce que Jules Janin est mort, et qu’Illusion perdues, une fiction, les critiques trop virulentes ont été écartées du carnet. Ces expériences critiques, amusantes du reste, montrent qu’une critique doit cependant pouvoir être lue par tous, aussi bien par le grand public que par les artistes eux-mêmes. L’atelier a donc développé une déontologie critique, dans le respect des praticiens et des auteurs – une plume tranchante, oui, mais respectueuse du milieu artistique.

Le chercheur en études théâtrales est-il un bon critique ? Certes, il dispose de connaissances théoriques et de qualités analytiques qui lui sont propres. Mais ces acquis ne sont pas synonymes d’atouts, et le chercheur plonge aisément dans l’analyse, au détriment de la critique. Pour un chercheur en études théâtrales, devenir critique, c’est aussi réprimer sa pulsion analytique pour la mettre au service d’un parti pris. D’un point de vue pratique, les participants sont libres de choisir leur approche du spectacle. Ils optent parfois pour une lecture attentive du programme, de la pièce, du dossier de presse, de l’histoire du metteur en scène ; ou au contraire s’adonnent au spectacle avec un œil vierge. Certains figent même sur le papier leurs impressions immédiates au cours de la représentation, d’autres écrivent dès la sortie de la salle ou quelques jours après le spectacle. Puisque cette année, l’atelier a également réalisé des entretiens avec les auteurs, sous forme de bord de plateau à l’issu des représentations, une autre question a surgit : le discours de l’auteur/praticien sur son œuvre change-t-il le contenu d’une recension ; influence-t-il notre parti-pris ou notre analyse de la pièce ? Le mystère reste entier. Ce qu’il reste à l’issue de cette année universitaire, c’est avant tout un recueil de traces : souvenirs de spectateurs mais aussi parole d’auteurs sont préservés de l’oubli. Et c’est ainsi que l’atelier critique a travaillé, cette année encore, à la mémoire du spectacle vivant. 

Programme des représentations pour l’année 2022-2023 

20 octobre 2022Tiago Rodriguez, Chœurs des amants, Théâtre des Bouffes du Nord
12 novembre 2022Eugenio Barba, Thèbes au temps de la fièvre jaune, Odin Teatret, Théâtre du Soleil
15 décembre 2022Eduardo de Filippo, La Grande magie, Emmannuelle Demarcy-Motta, Théâtre de la Ville
12 janvier 2023Pierre Notte, La Mauvaise petite fille blonde, studio Hébertot 
18 février 2023Milo Rau, Familie, Théâtre de la Colline
15 mars 2023Samuel Beckett, En attendant Godot, Alain Françon, Théâtre de la Scala
6 avril 2023Guillaume Vincent, Vertige, Théâtre des Bouffes du Nord
11 mai 2023Marta Cuscunà, Sorry Boys, Carreau du Temple
14 mai 2023Marta Cuscunà, Il Canto della caduta, Salle Jacques Brel
16 mai 2023Marta Cuscunà, La Semplicita ingannata, Théâtre Mouffetard
9 juin 2023Olga Tokarczuk, Sur les ossements des morts, Simon MacBurney, Odéon Théâtre de l’Europe

Entretiens réalisés en 2023 

12 janvier 2023Pierre Notte et Antonio InterlandiLa Mauvaise petite fille blonde
 16 mai 2023 Marta Cuscunà Sorry BoysLa Semplicità ingannataIl Canto della caduta
 24 mai 2023 Jeanne Candel Baubo – de l’art de n’être pas mort

Remerciements à Léonard de Carvalho et Aida Copra pour les photographies.

Émilie Gauthier

Atelier de critique théâtrale de l’Initiative Théâtre de l’Alliance Sorbonne Université

Soutenu par l’Initiative Théâtre de l’Alliance Sorbonne Université et le PRITEPS, le laboratoire de critique théâtrale a pour objectif de familiariser les participants aux outils théoriques et rhétoriques de l’écriture d’une critique dramatique. Comment rédiger une critique théâtrale ? Quelles informations sélectionner ? Comment les organiser ? Comment équilibrer la partie narrative et la partie argumentative d’une recension ? Comment apprécier un spectacle, exprimer son enthousiasme, sa déception ? Entre théorie et pratique, les chercheurs navigueront entre leur expérience de spectateur et leur plume critique pour construire une réflexion commune sur les rouages de l’analyse d’un spectacle. Cette exploration des mécanismes de la critique dramatique aboutira à la confection d’un recueil de critiques.

Aida Copra, Silvia de Min, Emilie Gauthier

Emilie Gauthier

Émilie Gauthier est doctorante à Sorbonne Université sous la direction de Florence Naugrette et Sophie Marchand. Dans le cadre de sa thèse, elle étudie le romantisme théâtral à la Comédie-Française dans la première moitié du XIXe siècle. Dans le cadre du programme des Registres de la Comédie-Française, elle a participé à l’élaboration du dictionnaire “Les Mots des registres” et a étudié et transcrit les registres de dépenses, de recettes et de comités de la Comédie-Française des XVIIIe et XIXe siècles.

Silvia de Min

Silvia De Min est docteure en Etudes Théâtrales (Université Ca’ Foscari de Venise) et en Études Italiennes (Sorbonne Université). Après avoir enseigné pendant quatre ans au département d’Études Italiennes de Sorbonne Université, en tant que Maître de Langue et ATER, elle a enseigné au Master de Théâtre et Arts de la performance à l’Université IUAV de Venise. Elle a publié trois monographies et plusieurs articles portant sur le théâtre et la théorie de l’ékphrasis, les didascalies et les textes didascaliques, le travail de création de la troupe Anagoor, le rapport entre la voix et l’image sur scène.

https://www.podcastics.com/podcast/fil-rouge-teatro/

Aida Copra

Aida Copra est docteure à Sorbonne Université dans le cadre du Doctorat international en Études romanes et italiennes (l’Université de Florence, l’Université de Bonn et Sorbonne Université). Elle a enseigné à l’Université de Sarajevo dans le Département d’Études romanes. Elle enseigne actuellement à Sorbonne Université dans le Département d’Études slaves et dans le cadre du séminaire de « Théâtre du Monde » organisé par l’Initiative Théâtre. En septembre 2023, elle est enseignante invitée à l’Académie des Arts du Spectacle de Sarajevo. Son domaine de recherche est le théâtre contemporain et elle travaille notamment sur la Commedia dell’Arte dans le théâtre contemporain, la pédagogie théâtrale, la mémoire du théâtre, le geste sur scène, l’analyse du spectacle, les arts de rue, le théâtre en guerre. Elle a fondé et dirige le blog de théâtre “Je vais au théâtre” dédié à la critique théâtrale et au spectacle vivant. 

https://www.jevaisautheatre.com 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search