Familie, conception et mise en scène Milo Rau – Isabeau Besnier

vu au Théâtre de La Colline, le 18 février 2023

Premier volet de la Trilogy of Private Life, Familie était donné en représentation à la Colline en alternance avec le deuxième, Grief and Beauty, en ces mois de janvier et février 2023. C’est avec ces deux spectacles que Milo Rau revient sur les planches parisiennes, initiant un cycle qu’il conclura avec une troisième création en 2024. Familie explore les thèmes chers au metteur en scène que sont la violence et la famille, en rejouant la funeste histoire du suicide collectif des Demeester, à Calais, en 2007. Placés dans l’inconfort, on sort de la pièce sans parvenir à identifier ce qu’on a ressenti, à la fois immergés et mis à distance du quotidien classique d’une famille néerlandaise.

Le parti pris est audacieux : faire jouer ce fait divers par une véritable famille, celle de Philip Peeters, An Miller et de leurs filles Leonce et Louisa Peeters. Le décor reproduit avec une précision documentaire une maison de banlieue pavillonnaire, dont on se demande si les objets ne proviennent pas de celle de la famille Peeters-Miller. Leurs membres se posent, circulent, interagissent au sein des espaces restreints formés par les différentes pièces et par le jardin. Derrière la baie vitrée, le père cuisine au centre de la scène ; les spectatrices et spectateurs du devant de la salle peuvent même humer les effluves du repas qui se prépare. Nous pénétrons parfois le cerveau des personnages qui, tour à tour, cessent leurs activités pour se poser face à la caméra, que le cameraman déplace ostensiblement sur la scène, et dévoiler leur intériorité directement au public. Le temps est long, il s’étire comme une soirée qu’on prolonge artificiellement, par peur du lendemain – ou plutôt, ici, par peur de son absence.

Nous croyons être immergés, mais nous ne pouvons parfois que deviner ce qui se déroule derrière les murs et les objets qui obstruent notre vue. L’écran qui surplombe la maison, censé guider notre regard vers des points de vue autrement inaccessibles depuis notre siège, nous éloigne de la scène ; alors que notre regard se concentre sur celui, face caméra, de l’aînée, sur l’enquête de la famille dans le lieu de vie des Demeester, ou sur des vidéos d’enfance des deux jeunes filles, nous réalisons soudainement que le père a fini de cuisiner, et que la table est dressée. La langue elle-même se fait barrière : la pièce, jouée en néerlandais, n’est compréhensible que grâce à un double surtitrage en anglais et en français (maladroit), accentuant l’effet de distanciation.

Notre rapport ambigu à la scène, entre immersion et mise à distance, s’apparente aux relations qu’entretiennent les personnages entre eux. Réunis à table lors du repas, les mots peinent à sortir, sinon au travers d’une histoire que le père a déjà racontée mille fois. Celui-ci, alors qu’il sort au jardin, parle à sa femme au travers de l’écran ; malgré leur séparation physique, ils semblent échanger réellement leurs regards, mais leur conversation se réduit à une superficielle affaire de paperasse. Les deux sœurs ne manifestent que rarement leur complicité, sinon en révisant ensemble un cours d’anglais. Et pourtant, leur intériorité dévoilée à la caméra témoigne de l’amour profond qu’il et elles se témoignent, de leur écoute mutuelle. Selon l’aînée, le suicide serait l’apothéose de cet amour, l’acte ultime qui empêcherait toute séparation.

Mais si Louisa nous donne bien le motif de cette effroyable image finale, celui qui manquait au fait divers, nous, public, l’oublions vite. On ne sait pas ce qu’on a vu, on ne sait pas pourquoi on l’a vu, on ne comprend pas. C’est peut-être la force de cette mise en scène que de se refuser à rationaliser ce qui n’a pas à l’être. Nous nous retrouvons dans cette famille sans pouvoir pleinement – et heureusement – nous y identifier. Ne reste en nous que cette sensation de dérangement, dont ne peut résulter qu’agacement ou fascination.

Isabeau Besnier



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2023, 30 mars). Familie, conception et mise en scène Milo Rau – Isabeau Besnier. Atelier de critique théâtrale -Sorbonne Université. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz6n

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search