Vertige (2001-2021) donne bien le vertige – Isabeau Besnier

Vertige (2001-2021) est représenté au théâtre des Bouffes du Nord du 23 mars au 8 avril 2023. Écrit par son metteur en scène Guillaume Vincent, en collaboration avec les interprètes issus de la promotion 6 de l’École du Nord, il représente l’histoire fictive de sept jeunes, de leur entrée dans une école de théâtre en 2001, jusque l’année qui correspond à la date de création du spectacle, 2021.

La représentation s’ouvre sur deux apprentis acteurs rejouant une scène de répétition – qu’on découvrira, pendant le bord de plateau qui suivra la représentation, être écrite à partir d’une véritable répétition, reproduite à l’identique. La gêne des personnages et leur tentative maladroite de représenter les allusions sexuelles du texte suscitent les rires gras de la salle. Au réalisme brutal et cocasse de cette première scène succède l’apparition spectrale des personnages, qui, assourdis par un morceau de musique classique, déclament des répliques décontextualisées qui ne prendront sens que lorsqu’elles seront répétées dans la suite du spectacle : une citation de Tchekhov, l’évocation d’un suicide, le souvenir de la chute des deux tours, une conversation téléphonique avec un enfant, un coup de feu. À l’image de cette entrée en scène, l’ensemble du spectacle mêle les scènes de vie concrètes (et parfois grotesques) des jeunes acteurs : l’on s’amuse de leurs désirs et de leurs désillusions, et des passages plus opaques, métaphoriques et lyriques, qui, à l’aide de références littéraires pointues (Arne Lygre, Tchekhov, Brecht, Kane, Dostoïevski), sert une réflexion sur le temps, la jeunesse et la mort ; carpe diem, memento mori et tutti quanti.

Apparemment structurée autour des Vagues, l’action de la pièce m’est apparue décousue et arbitraire. Cela semble résulter des circonstances de sa création, issue de la concordance fortuite entre le vingtième anniversaire de l’attentat des deux tours, l’entrée de Guillaume Vincent à l’école du Théâtre National de Strasbourg, un précédent travail sur le texte de Woolf par le metteur en scène et la possibilité d’une collaboration avec de jeunes acteurs fraîchement sortis d’école. Le propos et sa cohérence se construisent sur le plateau, autour de ces éléments contingents. Les costumes mêmes résultent d’une contingence ; quand on lui demande d’expliquer, en bord de plateau, le choix des costumes, Guillaume Vincent déclare qu’ils sont simplement issus de ce que le Théâtre du Nord possédait déjà. 

La mise en scène parvient bien à susciter la sensation de vertige qu’évoque le titre ; grâce à la métathéâtralité qui résulte du sujet même de la pièce, grâce aux passages métaphoriques évoqués plus haut, mais aussi grâce à la gestion de la temporalité. La pièce s’attarde longuement sur la première année à l’école, retrace plus succinctement la deuxième, et évoque de façon elliptique les années qui suivent jusqu’en 2021 ; comme si le temps passait, illusoirement, de plus en plus vite. Cette accélération du temps aboutit à une scène finale qui veut en faire exploser les limites et qui propulse le récit dans un hors-temps. La pièce part du particulier pour tenter de tendre vers l’universel ; et c’est là que j’ai décroché.

Je ne sais donc plus exactement ce que j’ai compris de ce final. Je ne suis d’ailleurs pas sûre qu’il soit bon d’en chercher un sens, tant la pièce me semble le fruit de concordances fortuites. Peut-être sont-ce son titre, et le résumé qui en est fait sur le carton, qui m’ont mise dans de fâcheuses dispositions. La mention de ces deux dates, 2001 et 2021, crée des attentes qui ne sont pas comblées ; je m’attends à une exploration des relations entre les deux époques, il n’en est rien. Le vertige, certes, est complet : mais une fois passé, il n’en reste qu’une vague impression d’avoir sincèrement ri, et aussi de s’être ennuyé.

Isabeau Besnier



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2023, 27 mai). Vertige (2001-2021) donne bien le vertige – Isabeau Besnier. Atelier de critique théâtrale -Sorbonne Université. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz6p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search