Les femmes de Marta Cuscunà ne sont pas des marionnettes – Isabeau Besnier

Sorry, boys (2016), Il canto della caduta (2018), et La Semplicità ingannata (2012) sont trois spectacles de marionnettes de Marta Cuscunà représentés dans le cadre de la 11e Biennale internationale des arts de la marionnette en ce mois de mai 2023. Par trois arguments et trois scénographies en apparence distinctes, l’autrice, comédienne et metteur en scène, questionne l’indépendance et les résistances féminines.

Je n’ai malheureusement assisté qu’à Sorry, boys et Il canto della caduta, ma critique ne concerne donc que ces deux spectacles. Le premier prend appui sur un fait divers de l’an 2000, et met en scène l’histoire de dix-huit adolescentes de moins de seize ans qui décident de toutes tomber enceinte en même temps, et d’élever leurs enfants ensemble. Les marionnettes prennent la forme de trophées de chasse : les têtes des personnages sont accrochées, comme si elles étaient empaillées, à des panneaux de bois étiquetés avec leur nom, leur prénom et leur âge. Elles sont réparties de part et d’autre d’un grand écran qui figure un téléphone portable. Côté jardin, cinq adolescents, les pères des futurs enfants ; côté cours, cinq parents, une doctoresse, et le directeur de l’école. Aucune des jeunes filles n’est représentée sur scène : leurs aventures sont racontées et commentées par les marionnettes. Seul un téléphone portable géant affiche leurs échanges écrits de temps en temps et montre le cours de leur grossesse grâce à une application. Plutôt qu’un décor, une ambiance sonore enveloppante figure le lieu de chaque scène et les activités des personnages : elle constitue un levier émotionnel particulièrement bien employé, qui peut susciter le rire comme les larmes.

Il canto della caduta tire sa source, quant à lui, du mythe des Fanes, originaire d’une ethnie d’Italie du nord appelée les Ladins. Ce cycle épique raconte les exploits de la princesse Dolasilla qui, dans la lignée de précédentes souveraines pacifiques, tente de reprendre le pouvoir sur son père, un dictateur sanguinaire. Encore une fois, les protagonistes principaux sont absents de la scène ; l’action dramatique est racontée par des corbeaux, d’habiles constructions métalliques manipulées par joystick. Un écran sépare, encore une fois, deux parties de la scène en son milieu, mais cette fois dans sa verticalité. Il représente des paysages minéraux et désolés, ou des dialogues écrits, angoissants, entre la princesse Dolasilla et son père, entrecoupés de flashs de lumière et d’animations abstraites. Sous l’écran, deux marionnettes à prise directe figurent une communauté d’enfants cachés qui se déguisent en rats. L’atmosphère sonore est lourde, grésillante, angoissante lors des montages vidéo.

Les deux spectacles ne s’apprécient donc pas de la même manière. Sorry, boys est drôle, émouvant, clair dans sa narration, proche de nous par son sujet. La dimension mythique d’Il canto della caduta rend le récit parcellaire, métaphorique, obscur et oppressant, même si les corbeaux se révèlent souvent de bons ressorts comiques. Mais tous deux sont le résultat d’une véritable prouesse de performance de la part de Marta Cuscunà, marionnettiste de génie qui interprète en direct avec rythme, fluidité et émotion les voix de tous les personnages. Le surtitrage, certes nécessaire et correctement mené, ne peut rendre justice à la vivacité de sa langue et de son texte. Marta Cuscunà permet aux personnages de s’exprimer avec une forte individualité, et rend ainsi l’absence des femmes d’autant plus criante. 

Marionnettes des parents, Marta Cuscunà, Sorry Boys, Carreau du Temple, 9 mai 2023.

Les premières concernées, les dix-huit jeunes filles comme la princesse Dolasilla, n’ont pas le droit à leur propre voix. Leur récit ne nous parvient que grâce à une multitude d’intermédiaires, qui se l’approprient, le déforment, tentent de lui donner un sens. Pourquoi ne pas leur avoir donné la parole ? Ne seraient-elles pas pourtant les mieux placées pour parler d’elles-mêmes ? Cette parole, dont les femmes ont été si longtemps privées, dont on les prive encore trop, n’est-ce pas dans leur bouche qu’il faudrait la replacer ? Les spectacles, j’en suis sûre, en auraient perdu leur puissance. L’image finale des corbeaux ne nous aurait pas saisis d’effroi comme elle l’a fait ; la chute du paradis perdu en aurait été moins palpable. La société matrimoniale des Fanes a laissé place au règne du patriarcat, dont les voix sont encore aujourd’hui celles de nos parents, de nos docteurs, de nos directeurs, de nos jeunes garçons. Elles nous paraissent désuètes, d’un autre temps, comme des trophées de chasse. Mais ces voix retentissent encore : elles règlent encore la vie des femmes. Le regard que propose Marta Cuscunà vers le passé, vers le mythe des Fanes, permet d’envisager un nouveau regard vers l’avenir. Elle montre une résistance possible à la violence des pères en mettant en scène la procréation contre la destruction ; la solidarité contre la compétition ; la communauté choisie contre celle qui est subie.

On peut tout à fait questionner cet idéal de contre-société qui repose, comme l’ancien, sur la différence sexuée. A titre personnel, je me contente de regretter, amèrement, de ne pas avoir assisté au troisième spectacle de cette trilogie.

Isabeau Besnier



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2023, 27 mai). Les femmes de Marta Cuscunà ne sont pas des marionnettes – Isabeau Besnier. Atelier de critique théâtrale -Sorbonne Université. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz6s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search