Les marionnettes de Marta Cuscunà : le chœur vaillant des femmes – Emilie Gauthier

Pour le 11e édition de la Biennale des Arts de la Marionnette à Paris, Marta Cuscunà, artiste associée au théâtre de Milan, donne corps et voix à un cortège de marionnettes aux yeux exorbités et aux velléités de résistance. 

Au carreau du temple, douze têtes tranchées et empaillées comme des trophées de chasse s’indignent de la grossesse collective et planifiée d’un groupe de 12 lycéennes de 16 ans, bien décidé à fonder une communauté de femmes libérées d’un patriarcat aussi violent qu’asservissant ; dans la salle Jacques Brel, le mythe de Fanes se rejoue sous l’œil gourmand d’une poignée de corbeaux impatients de savourer le cadavre des vaincus, fût-ce la dépouille d’un innocent enfant, sacrifié sur l’autel de la guerre ; au théâtre Mouffetard, six nonnes du monastère de Santa Chiara d’Udine transforment leur retraite forcée en mouvement de résistance aux dogmes religieux et au monde des pères, deux vastes machines à broyer la femme. 

Voilà les mets qu’offre Marta Cuscunà aux spectateurs parisiens, et ils sont épicés. Trois spectacles – Sorry Boys, Il Canto della Caduta, et La Semplicita ingannata – et vingt-cinq voix ; trois chœurs, mais une seule lutte : redonner sa valeur aux vies humaines – à l’enfant devenu rat dans la folie sanguinaire des hommes ; à la femme enfermée, de corps comme d’esprit, dans le noire vêtement de la religieuse ; et à la jeune fille soumise au poing de l’homme et prostituée par le regard libidineux du pornographe. 

Les marionnettes de Marta Cuscunà sont le souffle de la résistance au joug des pères. 

Rêver à la mémoire des hommes

            Tout droit sorties d’un songe, les marionnettes de Marta Cuscunà donnent vie à un imaginaire savamment documenté. Les trois spectacles que l’artiste offre aux parisiens sont d’abord le fruit d’un travail collectif que couronnent les nombreux remerciements de l’artiste : scénographes, concepteurs son et lumière, plasticiens, metteur en scène, mais aussi historiens et chercheurs nourrissent l’imaginaire visuel et scénique de la jeune marionnettiste. Sorry boys lève les yeux sur un fait divers survenu à Gloucester, Massachusetts, au commencement des années 2000 : une vingtaine d’adolescentes pactisent et décident de planifier leur grossesse pour pouvoir élever leurs enfants ensemble. Il Canto della Caduta ressuscite le mythe de Fanes, une légende de l’âge néolithique dans laquelle une communauté pacifiste et matriarcale est jetée dans la guerre par une alliance matrimoniale avec un conquérant qui, sans scrupule, livre sa propre fille au champ de bataille. La Semplicita ingannata, le spectacle le plus documenté, met en scène les travaux des historiens sur le monastère de Santa Chiara d’Udine et s’inspire particulièrement des mémoires d’Arcangela Tarabotti, personnage principale de la pièce, condamnée par le système patriarcal à l’enfer monacal.  

            Ainsi la mémoire des hommes s’agite dans un masque en silicone, tantôt des plus réalistes, tantôt des plus fantasmatiques : car plus que le visage d’un souvenir, la marionnette devient, par l’agilité prodigieuse de l’artiste, le personnage d’une rêverie où l’histoire des hommes prend des allures de conte. Ainsi les têtes mal-pensantes de Sorrry Boys sont réduites à des trophées de chasse, vestiges – poussiéreux mais tenaces – d’un monde cruellement sexiste qui pèse et juge le comportement des femmes, encore, et encore écrasées par le poids des diktat. Les enfants terrés dans les entrailles de la terre d’Il Canto della caduta, pourtant dotés d’un corps – que, du reste, la marionnettiste enrichit même du sien, leur prêtant jambes et doigts -, se cachent sous le masque d’un rat pour se protéger de l’armée ennemie :  car la guerre donne à l’enfant moins de valeur qu’un rongeur. Quant aux nonnes de La Semplicità ingannata, malgré les quelques traces de féminité qu’abritent encore leurs pommettes rosées, leurs yeux disproportionnés et leurs regards horrifiés trahissent la violence de leur enfermement forcé, encore redoublé par le voile monastique noir, qui leur façonne un corps de corbeau et les fige à jamais sur une branche morte. Des oiseaux en cage, des rats, des têtes empaillées : la marionnette, dans son anthropomorphisme fragile, voire décadent, devient le souffle d’une résistance symbolique au diktat. Tous se révoltent contre la loi des pères : la nonne, réduite à une corneille par les hommes qui l’ont vendue et trahie, s’insurge contre l’ignorance dans laquelle on l’a sciemment enfermée ; l’enfant sort de sous la terre et refuse de se cacher plus longtemps de la guerre qu’impose la loi des hommes ; les têtes empaillées des parents et des adolescents, elles, se confrontent aux injustices et aux violences sexistes qui ont précipité le pacte de grossesse.  Les faits divers et les évènements historiques ou mythologiques sont l’argile fraîche de l’imaginaire de l’artiste : en insufflant voix et vie à ses marionnettes fantasmagoriques, Marta Cuscunà fait de la scène qu’elle anime, seule, un chœur où s’épanouit la voix des exclus. 

Technicité et spectacularisation 

            Car si la production des trois spectacles présentés aux parisiens est le fruit d’un travail collectif, l’artiste reste seule sur scène avec ses marionnettes. Et le miracle commence. En entrant dans la salle, les spectateurs observent les marionnettes sans vie, attendant d’être ressuscitées par le corps de l’artiste. Dans le brouhaha de l’orchestre, la curiosité du spectateur ne s’arrête pas qu’à l’argument que s’apprêtent à jouer les poupées en silicone : l’on cherche à deviner le trucage sur le point de nous éblouir. Tout au long du spectacle, d’ailleurs, cette curiosité pour la technicité de la marionnettiste ne cesse de se rappeler à l’esprit. Mais là où l’émotion jaillit, l’illusion triomphe. 

Dans le premier spectacle, Sorry Boys, le dispositif scénique empêche de voir la marionnettiste à l’œuvre et le réalisme des masques nous happe, si bien que nous cédons à l’happât du conte. L’embarras des parents fait sourire ; l’hypersexualisation de la femme sous l’œil du jeune adolescent consommateur de pornographies répugne. Dans Il Canto della Caduta, la fusion entre le corps de la marionnettiste et son objet relève du sublime.  Dans l’obscurité de la scène, l’illusion paraît totale : l’enfant fantasmatique paraît vivant. L’artiste lui prête ses doigts, qu’elle glisse sur le visage de la poupée éclairée d’une douche discrète. C’est là une trouvaille technique qui traduit l’horreur de l’enfant, dans la nourriture qui manque, dans la terre qu’il respire, dans le sang qu’il a vu. Les corbeaux, situé dans la partie haute de la scène, s’animent de la tête au tronc : par un subtil mécanisme, la marionnettiste fait mouvoir leur bec lorsqu’elle leur prête sa voix rocailleuse et cruelle. Plus encore, le bec, lorsqu’il arrache symboliquement la chair des os de l’enfant innocent, crisse, cliquette, grince. Le bruit est insoutenable ; le tableau insupportable ; l’émotion ineffable.

Marionnettes des corbeaux, Marta Cuscunà, Il Canto della caduta, Salle Jacques Brel, 14 mai 2023.

Dans La Semplicita ingannata, la marionnette se fait attendre. À l’ouverture du spectacle, la marionnettiste s’avance, en robe de mariée, billets de banque en guise de bouquet à la main : la vente aux enchères des femmes commence, et l’artiste, avec une ironie cinglante, enseigne au public le fonctionnement des dotes et le sort réservé aux femmes du XVIsiècle.  Les marionnettes des nonnes, en forme de corbeau, dispose de peu de mobilité : seuls bouge la bouche et le tronc de la poupée, en glissant de droite à gauche sur un fil. Encore une fois, la technicité est signifiante : à la femme asservie et enfermée répond une marionnette presque figée. Le spectateur, lui, est séduit par la dimension ludique du spectacle et rit comme un enfant lors du procès des nonnes, alors que l’inquisiteur, arroseur arrosé, est arrêté par des femmes qui jouent, dans leur défense, le rôle que leur impose la société : vierges, dévotes, et bêtes, à n’en pas connaître le sens du mot « hérésie ». 

a
Marionnettes des nonnes, Marta Cuscunà, La Semplicita ingannata, théâtre Mouffetard, 16 mai 2023.

Même si tout finit mal, que le conte dégénère en cauchemar, que la résistance se fait sacrifice, que la doxa écrase la poupée, la portée symbolique et onirique du spectacle survit. Plus qu’un documentaire, plus qu’un conte, l’imaginaire scénique de Marta Cuscunà est fait de paraboles : à un fil de prendre vie, la marionnette, objet à la fois déréalisant et mimétique, anime les diktat dans toute leur cruauté, et c’est au cœur de cette catharcis jubilatoire que naît l’espérance. 

Emilie Gauthier



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2023, 27 mai). Les marionnettes de Marta Cuscunà : le chœur vaillant des femmes – Emilie Gauthier. Atelier de critique théâtrale -Sorbonne Université. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz6t

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search