Chœur des amants de Tiago Rodriguez ou deux vies en un battement de cœur – Léonard De Carvalho et Emilie Gauthier

C’est une ode au temps qui passe que chante Chœur des amants, pièce lyrique et polyphonique créée à Lisbonne en 2007 et reprise ce 25 octobre 2022 au théâtre des Bouffes du Nord. Le dramaturge met en scène un couple qui conte son amour au quotidien, pris dans la force des années qui ne cessent de courir. Cette pièce en tandem, éminemment vocale, tente de suspendre le temps, mais représente finalement une attente heureuse, douce, où le tempus fugit ne serait plus une fatalité.

          Le traitement du temps, dans la virtuosité du texte comme dans sa mise en scène, point les spectateurs. En effet, les deux acteurs, déclamant leur texte tantôt en chœur, tantôt alternativement, tentent sans cesse de retenir le présent. Mais il n’a de cesse de mourir encore à chaque parole prononcée. Ces deux vastes monologues intérieurs, fusionnant dans un seul battement de cœur, nous murmurent : « on a le temps ». Le temps de vivre la vie à deux simplement en la regardant passer ; le temps, aussi, de rêver l’avenir, de le craindre parfois, mais de l’attendre ensemble. Dans un décor presque nu – une table, deux chaises, une bouilloire et une toile verte en fond de scène, les acteurs incarnent cette parenthèse lyrique avec grâce et naturel. L’harmonie – ou la disjonction – de leurs monologues simultanés ne brouille pas les effets du texte. Au contraire, le ton juste et la complicité que façonne leur jeu fait entendre un amour doux, avec ses tendresses comme avec ses orages ; mais aussi un cycle de vie à deux, qui s’épanouit dans la mort. A la fin de la pièce, les amants deviennent poussière, dans le couronnement d’une vie bien remplie de tous ces petits riens qui font la chaleur d’une existence exhalée en chœur.  

            Humour, douceur sincérité : tout pousse les spectateurs à s’identifier au couple. Plus encore : la petite fable ontologique nous invite à écouter avec mélancolie quelques chansons ou quelques poèmes chantonnés a capella. De Lamartine à Jacques Brel, les amants vieillissants font raisonner un monde imaginaire, poétique et littéraire, ancrant ainsi leur histoire dans celles de toutes les amours passées, idéales, révolues. Les personnages s’évanouissent lentement dans la grande toile verte en fond de scène. Témoins de la vie de l’un et de l’autre, ils ont réalisé leur devoir d’amant : ils n’ont plus qu’à disparaître. Alors que leurs voix résonnent encore d’outre-scène, nous voilà transportés par le sentiment de l’évanescence de la vie. Rares sont les représentations où l’existence – marche tranquille vers la fin du jour – nous aura paru si douce.

Léonard de Carvalho et Emilie Gauthier



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2023, 9 février). Chœur des amants de Tiago Rodriguez ou deux vies en un battement de cœur – Léonard De Carvalho et Emilie Gauthier. Atelier de critique théâtrale -Sorbonne Université. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz6e

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search