“Le” Mauvaise Petite Fille Blonde de Pierre Notte dénote – Alice Clabaut

Janvier 2023, le Studio Hébertot propose de rencontrer la Mauvaise petite fille blonde de l’auteur et metteur en scène Pierre Notte. Cette performance insolite, drôle et contemporaine nous fait suivre le récit des pensées d’une “petite fille” d’à peine dix ans. Cette enfant nous emmène avec elle dans la rue, à l’école, à la maison ; elle nous partage sa vision des événements, qui diffère souvent de celle des adultes ; elle montre par son discours teinté de colère et de franchise piquante tout ce qui ne va pas dans ce monde. C’est bien une “mauvaise” petite fille que le texte de Pierre Notte nous dépeint, car cette gamine est loin de la douceur et de l’innocence que les clichés colleraient à une “petite fille blonde”. Elle assume ses jugements, fait preuve d’égoïsme et rêve de voir ses parents mourir étouffés avec une part de pizza. 

Pierre Notte oblige le spectateur à se défaire de tous ses préjugés. Pour preuve en est son choix d’acteur, et non d’actrice, car cette petite fille en colère est interprétée par un homme, un cinquantenaire, joué par le comédien et danseur Antonio Interlandi. Celui-ci apparaît sur scène torse nu, des converses rouges aux pieds, et habillé d’un grand jupon de tulle rose sur lequel on peut apercevoir une tête de mort en strass. Le costume (Alain Blanchot) accompagne le ton de la pièce, décalé. Le jeu de lumière (Antonio de Carvalho) est très performant et fait particulièrement ressortir le corps de l’acteur, qui bouge discrètement mais sûrement, ponctuant ainsi le récit. La silhouette bizarre et singulière, aux bras tendus et tordus, rappelle les danseuses des boîtes à bijoux des petites filles justement. 

L’adjectif “mauvaise” du titre est alors incarné dans ce hiatus étrange entre le personnage et l’acteur. Ce choix pourrait être dérangeant, mais rien n’y fait, la voix et la diction d’Antonio Interlandi nous permettent de voir cette petite fille devant nous. Par ce décalage savamment effectué entre le visuel et l’audible, le texte et la mise en scène de Pierre Notte mettent ainsi incroyablement bien en lumière le pouvoir évocatoire du langage et nous transportent pendant une heure et demi dans le quotidien d’une “mauvaise petite fille blonde”, à qui tout adulte semble désormais pouvoir s’identifier. 

Alice Clabaut



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2023, 9 janvier). “Le” Mauvaise Petite Fille Blonde de Pierre Notte dénote – Alice Clabaut. Atelier de critique théâtrale -Sorbonne Université. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz6b

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search