L’expérience théâtrale de Thèbes au temps la fièvre jaune par Eugenio Barba – Alice Clabaut

En 2022, Eugenio Barba revient à Paris, avec la troupe de l’Odin Teatret pour présenter au théâtre du Soleil leur nouvelle création Thèbes au temps de la fièvre jaune. Ce spectacle présente plusieurs épisodes de la mythologie grecque, et adapte, notamment, les lendemains de la guerre entre les deux fils d’Œdipe pour la domination de Thèbes, la mort d’Œdipe, la punition d’Antigone, et surtout le retour de l’espoir et du printemps. Il semblerait que “la fièvre jaune” corresponde à un avenir prometteur et ensoleillé pour la cité. 

À l’écrire, la chose semble claire, mais Thèbes au temps de la fièvre jaune est tout sauf facile, et encore moins facile d’accès. Très obscur, le propos est presque, voire totalement impossible à suivre. Il y a peu de texte, celui-ci est en danois, mais la difficulté de compréhension ne vient pas de la langue. 

Élitiste intellectuellement, inutilement compliqué, et anti-pédagogique, le spectacle mélange les arts, les genres, les époques. Par exemple, alors que les interprètes évoluent sur l’espace scénique, vêtus de costumes rudimentaires rappelant autant l’Antiquité que les hippies des années 1960, ils accompagnent leurs mouvements de grandes peintures de Gustav Klimt, Van Gogh, et autres. Ces tableaux très connus, mais aussi très mal imprimés, viennent brouiller les pistes au lieu de rattraper l’attention vers le déroulement. Ces toiles pixelisées pourraient laisser penser que la troupe est amateure, si l’on ne connaissait pas sa longévité. Cet exemple de choix esthétique alambiqué, parmi beaucoup d’autres, est accompagné d’un pédantisme étonnant et peu agréable de la part du metteur en scène. Ce 12 novembre 2022, avant que le spectacle ne commence, Eugenio Barba était présent et ne s’est pas privé de faire des remarques désagréables à quelques spectateurs ni de demander avec agacement de s’asseoir par terre et d’éviter de faire dépasser quoi que ce soit. Pour toutes ces raisons, ce spectacle semble mettre en scène un théâtre dépassé peut-être, ou démesurément tortueux, qui ressemble à un « délire » partagé uniquement par les performeurs. 

Bon, ceci étant dit, que retient-on quand on sort de Thèbes au temps de la fièvre jaune

Le côté cryptique permet aux spectateurs de se concentrer sur autre chose. Il faut signaler que le public est divisé en deux rangées de gradins qui se font face. Les spectateurs sont assis sur trois niveaux : deux rangs sur les gradins et un rang par terre. L’espace du public est confiné, et l’on se retrouve imbriqués entre les pieds des autres spectacteurs. La scène au milieu est comme un long couloir rectangulaire sans coulisse. Cette disposition, ainsi que la performance proposée, rappellent le théâtre populaire médiéval. Tous ensemble, les spectateurs forment une sorte de communauté. On se regarde en même temps qu’on regarde ce qui se déroule sur scène. Ces coup d’œil, parfois complices, parfois fatigués, parfois critiques, rapprochent encore davantage les spectateurs, physiquement, et désormais mentalement. Nous sommes tous embarqués dans le même rite, dans la même expérience théâtrale. 

Le spectacle propose d’assister à un certain nombre de danses rituelles, qui peuvent raccrocher certains spectateurs ; pour les autres, tant pis. L’éclairage parfois uniquement à la bougie, la circularité des danses, les grelots aux chevilles des performeurs sont autant d’éléments qui proposent une atmosphère très particulière, et peuvent rapprocher certaines personnes de l’état de transe dans lesquels les personnages et/ou les comédiens se trouvent. Dans ce cas, peu importe qu’on ne comprenne pas les mots : la langue danoise devient une sorte de formule magique qui envoûte et enchante. Cet effet se voit accentué par les râles, les bruits corporels, les respirations, les aboiements, qui, alors, plutôt que d’apparaître ridicules, ramènent le charnel au centre du rite. 

Une chose est sûre, que l’on accroche ou non à ce spectacle qu’est Thèbes au temps de la fièvre jaune, on doit reconnaître qu’Eugenio Barba parvient à mettre le public dans un état d’esprit très particulier, et la troupe de l’Odin Teatret à proposer une expérience forte qui ne laisse pas indifférent. 

Alice Clabaut



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2022, 9 décembre). L’expérience théâtrale de Thèbes au temps la fièvre jaune par Eugenio Barba – Alice Clabaut. Atelier de critique théâtrale -Sorbonne Université. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz69

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search