Les visages de la douleur et du chaos sur la scène – Gabriel Federicci

Dans un décor minimaliste où seuls subsistent les décombres de la guerre, un jeune soldat révèle les blessures de son âme, les traumatismes de son expérience, et, submergé entre la douleur et le chaos, il dévoile les conséquences de sa survie, tout en traduisant l’ironie de la vie dans un monde réduit en cendres. C’est dans cet environnement sinistre, créé par la scénographie et les lumières de Seymour Laval, que le comédien Benjamin Voisin accueille son public au Théâtre Petit Saint-Martin. 

Guerre, adaptation du roman éponyme de Louis-Ferdinand Céline, a été transposé au théâtre sous forme de monologue. L’ambiance oscille entre l’existentialisme et le nihilisme, et cette atmosphère a été habilement captée par la mise en scène de Benoît Lavigne. Si la direction parvient à transposer l’univers particulier de Céline à travers les références littéraires, explorant les pulsions de vie et de mort, son véritable point fort réside dans sa capacité à éclairer les variations de l’âme qui résident en chaque être, surtout lorsqu’il est plongé dans les méandres de la mémoire et confronté à ses souvenirs, malgré ses pertes. En ce sens, l’auteur a fait de la maxime de Schiller « Quand l’âme parle, hélas ! l’âme ne parle plus » un moyen d’expression qui transcende les limites de la communication verbale, cet-à-dire de la pensée,  pour construire un tableau qui exprime visuellement le tourments de notre chair, comme une exposition de notre existence  fragmentée face à ce monde. 

Benjamin Voisin incarne plusieurs personnages évoqués par le souvenir du jeune soldat et les joue de manière caricaturale, parfois exagérée dans sa composition. Cependant, son récit est parfois teinté d’une certaine « distantiation » à la manière brechtienne, où il condense avec ironie les tourments qui découlent de la société, tout en exposant les masques qui nous entourent au moyen de gestes suggestifs. Ainsi, le grand atout du spectacle doit être attribué au travail du comédien, par son souffle et son élan dramatique, passant de la prétendue folie d’un jeune Hamlet aux limites de la lucidité face aux profondes réflexions que le texte suscite.

Dans ce jeu d’intensité, dans un contraste entre la lumière et les ténèbres, entre la conscience et l’inconscience, cette expérience révèle à quel point l’univers de l’adaptation d’un roman au théâtre est un défi, démontré ici par le succès de son langage scénique ainsi que par la vigueur de tous les éléments que nous avons eu le bonheur de voir sur scène.

Guerre est un écho poétique de tous ceux qui sont tombés entre les guerres, mais qui renaissent aujourd’hui dans les pages de l’histoire pour alimenter la flamme du soldat inconnu. 

© Théâtre de la Porte Saint-Martin
https://www.portestmartin.com/guerre

Gabriel Federicci



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2023, 10 novembre). Les visages de la douleur et du chaos sur la scène – Gabriel Federicci. Atelier de critique théâtrale -Sorbonne Université. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz75

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search