Trouver le cœur dans la misère dans Misericordia d’Emma Dante – Agathe Faucourt

Théâtre du Rond Point, 14.10.2023 

Texte et mise en scène : Emma Dante

Avec : Italia Carroccio (Bettina), Manuela Lo Sicco (Nuzza), Leonarda Saffi (Anna), Simone Zambelli (Arturo)

Lumières : Cristian Zucaro

Malgré la noirceur de son titre, Misericordia commence dans la légèreté et l’humour : Anna, Nuzza et Bettina, trois italiennes qui vivent sous le même toit se chamaillent pour une histoire de sandwich. Expertes dans l’art du comique de geste, les trois comédiennes ne tardent pas à faire sourire l’ensemble de la salle. Que le spectateur non-italianisant se rassure : si quelques échanges se perdent au gré des piques que s’échange le trio de comédiennes, l’expérience n’en sera que plus authentique. Emma Dante affirme en effet que le public italien a parfois lui-même du mal à saisir l’ensemble des dialogues de son œuvre puisque celle-ci fait non seulement usage de plusieurs dialectes mais tend aussi à remplacer le mot par le geste. 

Tout aussi délicieuse à entendre et à voir donc, la querelle initiale est pourtant loin d’être anodine, en témoigne la sobriété du décor. Encerclées par une multitude d’objets de peu de valeur, les quatre chaises choisies par Emma Dante ne parviennent pas à combler l’espace de la vaste scène du Théâtre du Rond Point et laissent planer une impression de vide et de manque. Et c’est dans cette misère que nos trois italiennes doivent élever Arturo, l’enfant de leur quatrième colocataire de fortune décédée peu de temps après avoir donné naissance. Devenues mère à trois têtes, Anna, Nuzza et Bettina sont prêtes à tout donner – y compris leurs corps qu’elles vendent aux passants pour quelques billets – à cet enfant qui ne parvient ni à communiquer ni à contrôler ses mouvements. Mais à l’image des tourbillons sans fin dans lesquels nous embarque l’interprète d’Arturo, l’impressionnant Simone Zambelli, danseur de formation, le jeune orphelin a besoin de plus et de mieux pour guérir les blessures d’une naissance placée sous le signe de la violence conjugale. Nos trois mères de substitution acceptent donc un ultime sacrifice, une privation impensable : confier l’être qu’elles aiment sans condition à des mains plus aptes et moins miséreuses. La séparation, soulignée par une musique de fanfare entêtante, est tout aussi déchirante que porteuse d’espoir. Le renoncement parfaitement désintéressé de ces trois femmes signe peut-être le salut d’Arturo. C’est là tout l’art du texte et de la mise en scène d’Emma Dante : trouver le cœur dans la misère à l’heure où la société contemporaine cloisonne la différence et récompense les comportements individualistes.

Sans conteste, Misericordia nous offre une réflexion poignante sur l’essence même de l’altruisme. Réflexion qui aurait sans doute encore gagné en profondeur et en fragilité en confiant le rôle d’Arturo à un acteur lui-même atteint du handicap qui accable le personnage. On retiendra toutefois la justesse des chorégraphies de Simone Zambelli qui parviennent à esthétiser l’infirmité du corps et de l’esprit sans jamais les singer. 

Critique rédigée le 23 octobre 2023 par Agathe Faucourt



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2023, 10 octobre). Trouver le cœur dans la misère dans Misericordia d’Emma Dante – Agathe Faucourt. Atelier de critique théâtrale -Sorbonne Université. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz71

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search