Une guerre à corps perdu, une guerre au corps à corps – Léonard De Carvalho

Benoit Lavigne tire de Guerre, roman de Louis-Ferdinand Céline publié à titre posthume en 2022, un monologue de plus d’une heure, représenté au théâtre du petit Saint-Martin. L’enthousiasme du festival d’Avignon 2023, durant lequel j’ai découvert cette première adaptation du roman de Céline, se retrouve à Paris.  

Voici l’intrigue : Ferdinand, jeune soldat déserteur, est témoin des atrocités de la Première Guerre mondiale. Malice et opportunisme lui permettront de sortir de l’enfer. La pièce s’ouvre sur le champ de bataille et raconte la convalescence du jeune soldat.

Le plateau est nu, et ne laisse qu’un tabouret à cour. Une toile disposée au lointain offre un dégradé de gris et de rouge orangé. L’image évoque immédiatement le front, et précisément une tranchée, composée de la noirceur des effluves d’obus et de l’orangé d’un crépuscule sans fin. La mise en scène, grâce à une lumière feutrée et tamisée, peint l’atmosphère poisseuse d’un champ de ruines où l’esprit s’égare. Les jeux de lumière figurent tantôt un hôpital de fortune où sont soignés les soldats, une prison dont les jeux d’ombre figurent les barreaux, un bar miteux de la ville. Le comédien, qui donne sens à ce décor métaphorique, se trouve là, recroquevillé dans son habit de soldat trop grand, trop lourd, trop important pour lui. Le regard et les traits juvéniles peu à peu se dissipent pour exprimer la laideur, la violence et l’indicible de la guerre.

Benjamin Voisin réussit à saisir avec justesse la psyché devenue fragile d’un personnage envoyé à la mort. Le comédien, seul en scène, capte le public et le plonge dans son enfer pendant plus d’une heure. La mise en scène donne à voir les oubliés de la guerre, tous ceux qui ne voulaient pas la faire, ceux qui sont partis au front ou qui sont prêts à tout pour le fuir. La jeunesse y est déjà vieille et mutilée, et c’est un enfant pourtant qui se découvre encore sous ce costume de guerrier, un enfant qui en croise un autre et s’en fait un ami, un clown triste surnommé Cascade. Ferdinand, c’est aussi un adolescent qui explore une sexualité débridée, dénuée d’amour, qui se découvre, ou plutôt se soumet aux pulsions des autres, eros et tanatos confondus. C’est finalement un jeune adulte qui accepte d’être médaillé de l’horreur pour rendre fiers ses parents. Benoit Lavigne réussit ainsi à portraiturer une jeunesse perdue, ni glorieuse ni volontaire, en proie à la désespérance dans un monde anarchique où la survie ne sourit qu’aux chanceux, qu’aux lâches peut-être ? 

Benjamin Voisin transmet la peur qu’il incarne avec brio : elle se dévoile peu à peu, elle dévore le comédien, lui tord le ventre. Ferdinand crache ses tripes sur scène, vomit, étouffe. Son corps est comprimé par l’horreur, par l’affront de la lâcheté et du mensonge, mais surtout par la culpabilité du survivant. Cette ambivalence et cette fragilité se retrouve dans la voix du comédien, une voix de jeune homme déjà rocailleuse et vibrante. La variété des regards de l’acteur compose cette ambivalence : il oscille entre malice et tristesse, et incarne plusieurs personnalités parfois contradictoires – femmes, hommes, traîtres, soldats, déserteurs, lâches, héros.

© Théâtre du Chêne noir
https://www.chenenoir.fr/event/guerre/

Après Avignon, donc, c’est à Paris que la salle s’est levée pour ovationner la pièce et le comédien, qui a transmis aux spectateurs un tourbillon d’émotions, entre horreur, fraternité, et empathie.   

Léonard de Carvalho 



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2023, 13 novembre). Une guerre à corps perdu, une guerre au corps à corps – Léonard De Carvalho. Atelier de critique théâtrale -Sorbonne Université. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz76

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search