La Mauvaise petite fille blonde rêvasse et déraisonne au Studio Hébertot – Emilie Gauthier

Stupéfiant.

Tel est l’adjectif pour décrire la rencontre des spectateurs avec La Mauvaise petite fille blonde, représentée le 12 janvier 2023 au studio Hébertot. Seul sur un plateau vide, un homme torse nu, pauvrement vêtu d’un tutu rose et d’une paire de converses rouges, incarne une petite fille anonyme, simplement « blonde ».

Mais « mauvaise ».  

A l’âge de raison, cette petite fille devise avec elle-même durant plus d’une heure et livre ainsi aux spectateurs sa perception du monde. Adieu l’enfant candide qui dénonce par son regard ingénu la cruauté et l’absurdité du comportement humain. Ici, la cruauté et la bêtise grandissent par petites touches dans la bouche de la « mauvaise » : dans ce vaste monologue aussi cadencé que débridé, le spectateur assiste à la naissance du racisme, de la xénophobie, de l’homophobie, de la violence et de l’irresponsabilité. Non, la petite fille bonde n’est pas une ingénue que le monde a corrompu à force d’abjections : elle est l’image de la bêtise d’une société restée dans l’enfance de la raison, des « mauvais » jugements des masses que la bêtise pousse droit dans le précipice de l’inhumanité, et, en somme, de la racine du mal que chacun peut faire germer en soi.

Antonio Interlandi dans le rôle de la mauvaise petite fille blonde

Pitié, rire, détestation : le spectateur hésite. Car derrière la dimension clownesque de la mise en scène se cache l’angoisse de la responsabilité, ou de l’impuissance. Monologue inconfortable, en effet, que celui d’une petite fille qu’on ne peut tout à fait condamner mais qu’on ne veut tout à fait pardonner. Reste encore à saluer la finesse de la mise en scène et de la scénographie, qui mêlent brillamment la légèreté associée à l’enfance et la gravité de cette maïeutique destructrice.  Quelques danses enfantines pour manifester les changements de lieux et de temps, associées à de subtiles variations de lumières, subliment le jeu d’Antonio Interlandi, aux épaules et à la diction superbes. Stupéfiant, oui, c’est l’adjectif qui décrit encore le mieux cette petite parabole où une petite fille, nous riant au nez, nous rappelle que la manipulation du langage est autant l’arsenal de la déraison que l’instrument de la rêverie.

Emilie Gauthier



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2023, 9 février). La Mauvaise petite fille blonde rêvasse et déraisonne au Studio Hébertot – Emilie Gauthier. Atelier de critique théâtrale -Sorbonne Université. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz6i

Une réflexion sur « La Mauvaise petite fille blonde rêvasse et déraisonne au Studio Hébertot – Emilie Gauthier »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search