La beauté sauvera le monde – par Léonard De Carvalho

Représenté le 29 janvier 2024, au théâtre de l’Essaïon.

https://www.essaion-theatre.com/spectacle/1046_la-beaute-sauvera-le-monde.html

La beauté sauvera le monde est une pièce originale écrite par Barbara Castin, comédienne de ce seul en scène, et mise en scène par Pierre Boucard. C’est à l’occasion du festival d’Avignon 2022 que j’ai eu la chance de voir pour la première fois ce spectacle, aujourd’hui repris au théâtre de l’Essaïon à Paris. À l’ouverture, une jeune femme y tient son bébé dans un couffin : elle semble avoir fait un long chemin. Elle fait une pause. Autour d’elle, une nature dévastée. Cette mère va alors conter à son enfant ce qu’elle a jadis fait (ou plutôt tenté de faire) en tant que scientifique pour alerter les pouvoirs publics sur les dangers d’un nouveau pesticide voué à ravager les cultures européennes.

Une lumière chaude inonde délicatement la scène. Nous sommes en présence d’une terre aride : des gravats, des fondations de béton tombées en ruine, structurent la scène. La configuration du théâtre de l’Essaïon (situé dans une cave humide) renforce l’impression de désolation qui émane du décor. Le costume de la comédienne est en lambeau, signe de l’effondrement de l’humanité – du moins telle que nous la connaissons. Nous sommes dans un monde dangereux : la solitude de cette femme et de son nourrisson saisit le spectateur dès l’entrée en scène de l’actrice. 

La fragilité et la mélancolie du personnage, mêlé à son combat que l’indifférence des pouvoirs publics rend vains, donne aux spectateurs toutes les raisons d’être viscéralement points par le discours écologique. La voix de l’actrice oscille entre acharnement et frustration. L’inquiétude, le doute et la peur saisissent le spectateur jusqu’aux derniers instants de la pièce, qui s’achève sur une image de profond désespoir.  

Barbara Castin réussit avec brio cet exercice du seul en scène et nous délivre une prestation poignante. Servi par une mise en scène fine et haletante, ce cri de rage au militantisme déchu mérite toute notre attention. 

Léonard de Carvalho



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2024, 10 mai). La beauté sauvera le monde – par Léonard De Carvalho. Atelier de critique théâtrale -Sorbonne Université. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nrq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search