Chœur des amants, 23 octobre, Bouffes du Nord – Silvia de Min

Chœur des amants est la première pièce écrite et mise en scène par Tiago Rodriguez. L’auteur et metteur en scène, qui sera directeur du festival d’Avignon à partir de l’année prochaine, revient à ce « récit lyrique et polyphonique » qui fut mis en scène à Lisbonne en 2007. C’est l’occasion pour le public français de voir le début d’un des plus célèbres artistes du théâtre contemporain.

Et c’est une magnifique rencontre avec l’essence du théâtre.

La scène vide et magnifiquement marquée par le temps des Bouffes du Nord est remplie par la seule présence physique de deux acteurs et leurs mots. Ils racontent le rapport que chacun peut éprouver avec le temps : le temps quotidien, le temps lent, le temps qui échappe, le temps de la douleur, celui de l’amour, le temps de la séparation et celui d’une nouvelle rencontre ; le temps de la maladie, de la mort, du partage profond de la vie ; le temps d’un film dont on verra jamais la fin ; le temps d’un thé et le temps de voir son propre enfant grandir.

Il y a le temps.

Chœur des amants est le temps entrelacé, superposé des pensées et des mots quotidiens d’un couple. La récitation de Grégoire Monsaingeon (en alternance avec  David Geleson) et d’Alma Palacios est simultanée et leurs gestes sont spéculaires. Les deux acteurs font une épreuve magistrale de cohabitation et d’écoute sur le plateau. En effet, les personnages parlent au même temps, en disant les mêmes mots, mais chacun de son point de vue. L’écoute du public, au début confus, ne sachant pas à qui prêter oreille, s’habitue à cette double perspective en prêtant une attention simultanée aux deux comédiens. Chœur des amants est donc d’abord un récit : un théâtre diégétique où les actions sont racontées par les personnages, mais où le temps de la vie de couple se montre justement rempli par ces mots.

Le récit commence au moment d’un drame vécu par le couple : la mort échappée de la part de la femme, l’attaque d’asthme potentiellement mortelle de la jeune femme, la course vers l’hôpital, l’hospitalisation en soins intensifs, les rythme du cœur dans les appareils qui la maintienne en vie. Les 45 minutes de la pièce sont remplies des mots, à l’exception d’un moment de pause, le temps d’un thé. Là, c’est le silence, et soudain le son prolongé d’une batterie qui improvise sur un rythme pourtant continu, comme un cœur qui bat.

Après, il y a la vie qui recommence, changeant doucement parce que tout changement demande un temps long, comme poursuivre son rêve d’une maison avec un jardin. Et ce rêve nous conduit dans la forêt que le couple a finalement achetée et dans laquelle il s’installe, à la fin de leur vie. Il recherche une proximité avec le temps de la nature. Le récit se termine par la mort d’un des deux membres du couple : on ne sait pas lequel trépasse, et peu importe, parce que, à ce moment, les pensées des deux amants sont tellement entrelacées qu’elles sont presque interchangeables. Tout est naturel : la vie et la mort, et le temps qui passe. C’est donc la parole qui détermine le rythme du temps, dans la perception qu’on en a comme dans la valeur qu’on lui donne. Chœur des amants est un monologue doublé touchant, riche de l’ironie et de la douleur qui parcourent la vie d’un couple.

On sort du théâtre émus. Dans le public, quelqu’un essuie ses larmes. La pièce est intime et apaisante : elle nous réconcilie avec la fuite du temps.

Silvia De Min

Chœur des amants de Tiago Rodriguez ou deux vies en un battement de cœur – Léonard De Carvalho et Emilie Gauthier

C’est une ode au temps qui passe que chante Chœur des amants, pièce lyrique et polyphonique créée à Lisbonne en 2007 et reprise ce 25 octobre 2022 au théâtre des Bouffes du Nord. Le dramaturge met en scène un couple qui conte son amour au quotidien, pris dans la force des années qui ne cessent de courir. Cette pièce en tandem, éminemment vocale, tente de suspendre le temps, mais représente finalement une attente heureuse, douce, où le tempus fugit ne serait plus une fatalité.

          Le traitement du temps, dans la virtuosité du texte comme dans sa mise en scène, point les spectateurs. En effet, les deux acteurs, déclamant leur texte tantôt en chœur, tantôt alternativement, tentent sans cesse de retenir le présent. Mais il n’a de cesse de mourir encore à chaque parole prononcée. Ces deux vastes monologues intérieurs, fusionnant dans un seul battement de cœur, nous murmurent : « on a le temps ». Le temps de vivre la vie à deux simplement en la regardant passer ; le temps, aussi, de rêver l’avenir, de le craindre parfois, mais de l’attendre ensemble. Dans un décor presque nu – une table, deux chaises, une bouilloire et une toile verte en fond de scène, les acteurs incarnent cette parenthèse lyrique avec grâce et naturel. L’harmonie – ou la disjonction – de leurs monologues simultanés ne brouille pas les effets du texte. Au contraire, le ton juste et la complicité que façonne leur jeu fait entendre un amour doux, avec ses tendresses comme avec ses orages ; mais aussi un cycle de vie à deux, qui s’épanouit dans la mort. A la fin de la pièce, les amants deviennent poussière, dans le couronnement d’une vie bien remplie de tous ces petits riens qui font la chaleur d’une existence exhalée en chœur.  

            Humour, douceur sincérité : tout pousse les spectateurs à s’identifier au couple. Plus encore : la petite fable ontologique nous invite à écouter avec mélancolie quelques chansons ou quelques poèmes chantonnés a capella. De Lamartine à Jacques Brel, les amants vieillissants font raisonner un monde imaginaire, poétique et littéraire, ancrant ainsi leur histoire dans celles de toutes les amours passées, idéales, révolues. Les personnages s’évanouissent lentement dans la grande toile verte en fond de scène. Témoins de la vie de l’un et de l’autre, ils ont réalisé leur devoir d’amant : ils n’ont plus qu’à disparaître. Alors que leurs voix résonnent encore d’outre-scène, nous voilà transportés par le sentiment de l’évanescence de la vie. Rares sont les représentations où l’existence – marche tranquille vers la fin du jour – nous aura paru si douce.

Léonard de Carvalho et Emilie Gauthier

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search