En attendant Godot par Alain Françon – Aida Copra

Le 15 mars 2023 

La Scala Paris 

En attendant Godot 

Texte – Samuel Beckett 

Mise en scène – Alain Françon

Avec – Éric Berger (Lucky), Guillaume Lévêque (Pozzo), André Marcon (Estragon), Gilles Privat (Vladimir) et Antoine Heuillet (Garçon) 

https://www.jevaisautheatre.com/post/en-attendant-godot-par-alain-françon

En attendant Godot est sans doute la pièce la plus connue de Samuel Beckett, mais elle est aussi probablement sa pièce la plus jouée au monde. Même pour ceux qui ne la connaissent pas, « Godot » est devenu le synonyme d’attente : « attendre Godot » signifie « attendre l’impossible ». 

La pièce a connu un grand nombre d’interprétations et d’adaptations qui s’appuient sur différents aspects de la poétique beckettienne en exprimant souvent la recherche de solutions innovantes. On peut mentionner la mise en scène mémorable d’Otomar Krejca qui avait ouvert le Festival d’Avignon en 1978 dans la cour d’honneur du Palais des Papes. Il existe aussi des adaptations peu connues par le grand public mondial, mais qui s’inscrivent dans les contextes particuliers, telle que la célèbre mise en scène de Susan Sontag en 1993 pendant la guerre de Sarajevo qui devient le symbole de résistance culturelle. À part ces deux exemples, la liste est exhaustive. Presque dans chaque coin du monde, il y a quelquun qui attend Godot.

Écrite en 1948, la pièce est représentée pour la première fois au Théâtre de Babylone à Paris, le 4 janvier 1953. Dans une lettre destinée à Michel Polac, journaliste à la radiodiffusion française, Beckett écrit en 1952 : « Je ne sais pas qui est Godot. Je ne sais même pas, surtout pas, s’il existe. Et je ne sais pas s’ils y croient ou non, les deux qui l’attendent […]. Tout ce que j’ai pu savoir, je l’ai montré. Ce n’est pas beaucoup. Mais ça me suffit, et largement ». 

Alain Françon, aujourd’hui 78 ans, avait mis en scène et joué Beckett au début de sa carrière, dans les années 1960, avec Fin de partie et La Dernière Bande ; puis, en 2011, il avait monté de nouveau Fin de partie. Il fallait attendre plus de dix ans pour revenir à Beckett et pour décider à se confronter à la pièce emblématique, En attendant Godot. La raison pour cette attente Alain Françon l’explique par un sentiment d’humilité qu’un metteur en scène doit avoir par rapport à l’œuvre. « Je crois que la mise en scène est presque un travail d’archéologue ou de vulcanologue : il faut creuser encore et encore, pour qu’à un moment il y ait une éruption et que tout d’un coup, le texte redevienne contemporain ». 

La puissance de la pièce resurgit à travers une réflexion profonde d’Alain Françon sur « comment le texte d’En attendant Godot doit être joué ? ». Il choisit de faire apparaître l’essentiel de la poétique beckettienne à travers la mise en scène et le jeu d’acteur. Tout le spectacle est axé autour de l’atmosphère du tragique du temps qui s’exprime par un langage au service du rire.

La scénographie est simple. Le fond de scène représente un tableau des couleurs neutres qui évoque un paysage désert et qui se reflète en quelque sorte dans le sol du plateau. On a l’impression que l’espace évoque l’idée de l’éternité et du vide servant à renforcer l’illusion de l’attente. La lune qui apparaît sur le fond est le seul signe qui donne une sensation objective du temps en annonçant les fins et les commencements des journées. 

Cet espace, disons immobile, – avec seulement un arbre blanc et une pierre – est mis en mouvement par le jeu d’acteur qui transforme cette neutralité en une fresque aux couleurs vivantes. C’est la trajectoire des mouvements des acteurs et leurs gestes qui font danser l’espace. Le brillant duo (André Marcon et Gilles Privat) dans les rôles d’Estragon et de Vladimir par son expression scénique démontre la force comique telle que Beckett l’avait imaginée : le comique et le tragique qui s’entrelacent et s’intensifient. Le même effet est obtenu par le jeu d’Éric Berger (Lucky), de Guillaume Lévêque (Pozzo) et d’Antoine Heuillet (Garçon). Il s’agit de provoquer le rire qui mêle l’humeur noir et la bouffonnerie. C’est à travers cette force comique que le texte redevient contemporain. Les mots, le corps et l’espace suffisent à Alain Françon à transformer l’absurdité de l’attente en attente de l’essentiel car il y a toujours quelquun qui attend Godot ; et nous ne savons pas encore qui est-il.

La mise en scène d’Alain Françon restera indubitablement parmi les meilleures adaptations de ce chef d’œuvre de Beckett. 

Aida Copra

En attendant (le renouvellement de) Godot, la mise en scène savante d’Alain Françon – Alice Clabaut

En ce début d’année 2023, le théâtre de La Scala met à l’honneur Alain Françon et sa production d’En attendant Godot. Si le metteur en scène de renom a eu l’opportunité de jouer dans une production de Godot dans sa jeunesse, c’est la première fois qu’il s’y attarde en tant que metteur en scène. À noter, ce n’est pas le premier Beckett qu’Alain Françon met en scène, et l’on peut d’ailleurs retrouver simultanément à La Scala son adaptation de Premier Amour. Il semble toutefois qu’il se frotte à ce canon théâtral qu’est En attendant Godot avec encore plus de sérieux et d’application qu’on lui connait. 

Sa mise en scène de Godot relève de cette « scandaleuse simplicité » que Françon recherche – comme il le mentionne volontiers dans ses interviews. Son Godot s’inscrit dans la tradition française des productions du théâtre de Beckett héritée de Roger Blin : la palette de couleurs choisie est familière et sobre, le texte est celui qu’on a en tête, l’atmosphère générale remplit l’horizon d’attente d’un beckettien. Cependant, pour le spectateur aguérri, qui connaît parfaitement le texte, l’effet laissé par cette adaptation a un ‘petit quelque chose en plus’ ; un léger décalage est perceptible sans qu’une rupture soit évidente. Cela s’explique par l’intention portée sur l’exactitude du texte et la volonté de Françon de respecter du mieux possible l’homme de théâtre complet qu’était Samuel Beckett. 

En effet, Alain Françon et son assistant à la dramaturgie Nicolas Doutey ne travaillent pas seulement avec les textes publiés aux éditions de Minuit. Les deux hommes s’intéressent autant à Beckett le metteur en scène qu’à Beckett le dramaturge. Ses carnets de mises en scène, notes, lettres, et toutes sortes d’archives témoignent d’un processus constant de remaniement du texte bien après sa publication, et nourrissent les mises en scène d’Alain Françon. Hommage à Beckett, la dramaturgie est savante, puisqu’elle propose “un texte final”, comme le dit Françon, qui, à défaut d’être publié, est présenté et représenté littéralement sur scène, sur le décor de Jacques Gabel qui a reproduit et peint à la main le texte en blanc sur le sol de la scène. Ce faisant, le metteur en scène français efface la frontière entre chercheurs et acteurs, et permet au paysage français des productions de Beckett, qu’on connait si bien, de commencer à continuer de perdurer. Alain Françon propose ainsi une mise en scène particulièrement ciselée et réfléchie, peut-être trop. 

Si cette production est académiquement intéressante, elle ne correspond pas à ce que le livret promet, à savoir “Le chef d’œuvre de Samuel Beckett comme vous ne l’avez jamais vu !”. C’est bien un Godot comme on l’a vu déjà moultes fois en France auquel on assiste. Si cette mise en scène est intéressante et juste, elle est aussi lente, et monotone dans la mesure où elle n’actualise pas le texte de Beckett. Elle est conforme à la tradition d’une lecture intellectuelle du texte, d’une esthétique presque monochrome et d’une fascination pour son auteur.

Il faut souligner que le jeu d’acteur est remarquable. André Marcon (Estragon) et Gilles Privat (Vladimir) incarnent admirablement la camaraderie bon enfant des deux personnages principaux, et leurs échanges font vivre l’humour beckettien. L’autorité de Guillaume Lévêque (Pozzo) sur Éric Berger (Lucky) fonctionne parfaitement comme le veut l’horizon d’attente. Et Antoine Heuillet joue très bien le jeune Garçon, annonçant que Godot ne viendra pas, qu’il faudra encore l’attendre. Somme toute, la mise en scène d’Alain Françon présente de nombreuses qualités, qui raviront les beckettiens fidèles, mais elle annonce qu’il faudra encore attendre pour découvrir un Godot renouvellé en France. 

Alice Clabaut

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search