Guerre du fond des tripes – Emilie Gauthier

Dans un décor brut aux couleurs de l’enfer, Benoît Lavigne nous balance en pleine trogne le corps meurtri et la psyché déchirée de Ferdinand, un de ces gamins abandonnés dans l’amas de boue et de boyaux de la guerre de quatorze. Tout droit sorti de Guerre (l’autofiction de Ferdinand Céline redécouverte en 2021 et parue chez Gallimard l’année dernière), le personnage se livre à un monologue éperdu, frénétique et truculent.  Seul, ou plutôt abandonné, au milieu d’une scène presque vide, Benjamin Voisin lui prête tripes et cris dans une interprétation sidérante, et sublimée encore par les lumières et la scénographie de Seymour Laval. 

Créée au festival d’Avignon, la pièce a été représentée pour la première fois en juillet 2023, au théâtre du Chêne noir
https://www.chenenoir.fr/event/guerre/

Alors que le noir de la salle du Petit Saint-Martin se dissipe à mesure que le sifflement de la guerre monte (merci à Raphaël Chambouvet, au son), les spectateurs découvrent un décor vide et sombre où les tons ocres plongent le jeune comédien dans un univers de feu et de sang. C’est dans l’agonie et la stupeur qu’explosent les premiers mots de ce seul en scène d’une heure vingt. L’abandon, la douleur, l’odeur de terre et de chairs meurtries bourradent les traits presque juvéniles et la grâce d’un tout jeune homme sacrifié à la patrie (pour ne pas dire dépecée par et pour elle). Avec une rare agilité, Benjamin Voisin incarne tour à tour tous les personnages que Ferdinand croisera du champ de bataille jusqu’à son exil en Angleterre, après une longue convalescence où pourtant l’horreur ne s’accordera pas grand répit. À l’arrière, charognards, gueules cassées et esbrouffeurs s’engagent dans une lutte pour la (sur)vie, au milieu des macchabées qui s’entassent et sous l’œil du tribunal de guerre – qui garde un fusil bien chargé pour les soldats soupçonnés d’automutilation et de désertion. Cascade, dernier ami de Ferdinand, n’y réchappera pas et se verra nicher une balle dans la tête pour s’être tiré dans le pied. Puisqu’on ne recroisera pas ce personnage de maquereau crevé pour trahison, saluons ici l’accent titi parisien et le style fanfaron et roturier que le comédien lui prête. 

Au cœur de ces monstruosités bien humaines, Ferdinand trouvera pourtant son salut. Il trahit la mémoire de son unique ami en s’entichant de la jolie putain qui l’avait mouchardé par vengeance. Il fait chanter la nonne qui poussait ses vertus d’infirmière jusqu’au pelotage des cadavres. Il accepte de se faire violer, exhiber, décorer même pour acte de bravoure au milieu de toutes les barbaries. Une oreille en moins, un vacarme à vie vissé dans le crâne, un peu de plaisir parfois, beaucoup de rage et de silence souvent. Mais la verve jubilatoire du personnage à l’annonce du départ pour l’Angleterre dévore tout : et c’est malgré tout, encore, la grande victoire de la vie et de l’espoir sur la sauvagerie. 

C’est drôle, la vie, quand même. Et c’est drôle de voir le rideau tomber après une telle explosion de poésie et d’abjection mêlées. 

Triomphe complet. 

Emilie Gauthier

Une guerre à corps perdu, une guerre au corps à corps – Léonard De Carvalho

Benoit Lavigne tire de Guerre, roman de Louis-Ferdinand Céline publié à titre posthume en 2022, un monologue de plus d’une heure, représenté au théâtre du petit Saint-Martin. L’enthousiasme du festival d’Avignon 2023, durant lequel j’ai découvert cette première adaptation du roman de Céline, se retrouve à Paris.  

Voici l’intrigue : Ferdinand, jeune soldat déserteur, est témoin des atrocités de la Première Guerre mondiale. Malice et opportunisme lui permettront de sortir de l’enfer. La pièce s’ouvre sur le champ de bataille et raconte la convalescence du jeune soldat.

Le plateau est nu, et ne laisse qu’un tabouret à cour. Une toile disposée au lointain offre un dégradé de gris et de rouge orangé. L’image évoque immédiatement le front, et précisément une tranchée, composée de la noirceur des effluves d’obus et de l’orangé d’un crépuscule sans fin. La mise en scène, grâce à une lumière feutrée et tamisée, peint l’atmosphère poisseuse d’un champ de ruines où l’esprit s’égare. Les jeux de lumière figurent tantôt un hôpital de fortune où sont soignés les soldats, une prison dont les jeux d’ombre figurent les barreaux, un bar miteux de la ville. Le comédien, qui donne sens à ce décor métaphorique, se trouve là, recroquevillé dans son habit de soldat trop grand, trop lourd, trop important pour lui. Le regard et les traits juvéniles peu à peu se dissipent pour exprimer la laideur, la violence et l’indicible de la guerre.

Benjamin Voisin réussit à saisir avec justesse la psyché devenue fragile d’un personnage envoyé à la mort. Le comédien, seul en scène, capte le public et le plonge dans son enfer pendant plus d’une heure. La mise en scène donne à voir les oubliés de la guerre, tous ceux qui ne voulaient pas la faire, ceux qui sont partis au front ou qui sont prêts à tout pour le fuir. La jeunesse y est déjà vieille et mutilée, et c’est un enfant pourtant qui se découvre encore sous ce costume de guerrier, un enfant qui en croise un autre et s’en fait un ami, un clown triste surnommé Cascade. Ferdinand, c’est aussi un adolescent qui explore une sexualité débridée, dénuée d’amour, qui se découvre, ou plutôt se soumet aux pulsions des autres, eros et tanatos confondus. C’est finalement un jeune adulte qui accepte d’être médaillé de l’horreur pour rendre fiers ses parents. Benoit Lavigne réussit ainsi à portraiturer une jeunesse perdue, ni glorieuse ni volontaire, en proie à la désespérance dans un monde anarchique où la survie ne sourit qu’aux chanceux, qu’aux lâches peut-être ? 

Benjamin Voisin transmet la peur qu’il incarne avec brio : elle se dévoile peu à peu, elle dévore le comédien, lui tord le ventre. Ferdinand crache ses tripes sur scène, vomit, étouffe. Son corps est comprimé par l’horreur, par l’affront de la lâcheté et du mensonge, mais surtout par la culpabilité du survivant. Cette ambivalence et cette fragilité se retrouve dans la voix du comédien, une voix de jeune homme déjà rocailleuse et vibrante. La variété des regards de l’acteur compose cette ambivalence : il oscille entre malice et tristesse, et incarne plusieurs personnalités parfois contradictoires – femmes, hommes, traîtres, soldats, déserteurs, lâches, héros.

© Théâtre du Chêne noir
https://www.chenenoir.fr/event/guerre/

Après Avignon, donc, c’est à Paris que la salle s’est levée pour ovationner la pièce et le comédien, qui a transmis aux spectateurs un tourbillon d’émotions, entre horreur, fraternité, et empathie.   

Léonard de Carvalho 

Les visages de la douleur et du chaos sur la scène – Gabriel Federicci

Dans un décor minimaliste où seuls subsistent les décombres de la guerre, un jeune soldat révèle les blessures de son âme, les traumatismes de son expérience, et, submergé entre la douleur et le chaos, il dévoile les conséquences de sa survie, tout en traduisant l’ironie de la vie dans un monde réduit en cendres. C’est dans cet environnement sinistre, créé par la scénographie et les lumières de Seymour Laval, que le comédien Benjamin Voisin accueille son public au Théâtre Petit Saint-Martin. 

Guerre, adaptation du roman éponyme de Louis-Ferdinand Céline, a été transposé au théâtre sous forme de monologue. L’ambiance oscille entre l’existentialisme et le nihilisme, et cette atmosphère a été habilement captée par la mise en scène de Benoît Lavigne. Si la direction parvient à transposer l’univers particulier de Céline à travers les références littéraires, explorant les pulsions de vie et de mort, son véritable point fort réside dans sa capacité à éclairer les variations de l’âme qui résident en chaque être, surtout lorsqu’il est plongé dans les méandres de la mémoire et confronté à ses souvenirs, malgré ses pertes. En ce sens, l’auteur a fait de la maxime de Schiller « Quand l’âme parle, hélas ! l’âme ne parle plus » un moyen d’expression qui transcende les limites de la communication verbale, cet-à-dire de la pensée,  pour construire un tableau qui exprime visuellement le tourments de notre chair, comme une exposition de notre existence  fragmentée face à ce monde. 

Benjamin Voisin incarne plusieurs personnages évoqués par le souvenir du jeune soldat et les joue de manière caricaturale, parfois exagérée dans sa composition. Cependant, son récit est parfois teinté d’une certaine « distantiation » à la manière brechtienne, où il condense avec ironie les tourments qui découlent de la société, tout en exposant les masques qui nous entourent au moyen de gestes suggestifs. Ainsi, le grand atout du spectacle doit être attribué au travail du comédien, par son souffle et son élan dramatique, passant de la prétendue folie d’un jeune Hamlet aux limites de la lucidité face aux profondes réflexions que le texte suscite.

Dans ce jeu d’intensité, dans un contraste entre la lumière et les ténèbres, entre la conscience et l’inconscience, cette expérience révèle à quel point l’univers de l’adaptation d’un roman au théâtre est un défi, démontré ici par le succès de son langage scénique ainsi que par la vigueur de tous les éléments que nous avons eu le bonheur de voir sur scène.

Guerre est un écho poétique de tous ceux qui sont tombés entre les guerres, mais qui renaissent aujourd’hui dans les pages de l’histoire pour alimenter la flamme du soldat inconnu. 

© Théâtre de la Porte Saint-Martin
https://www.portestmartin.com/guerre

Gabriel Federicci

L’art du seul-en-scène maîtrisé, Guerre de Benoît Lavigne – Agathe Faucourt

Benoît Lavigne et Benjamin Voisin réussissent le pari d’adapter le roman inédit de Louis-Ferdinand Céline en un seul-en-scène puissant qui donne corps et voix aux antihéros de la Grande Guerre.

Théâtre du Petit Saint-Martin, 17.10.2023

Texte : Louis-Ferdinand Céline

Adaptation : Bérangère Gallot et Benoît Lavigne

Mise en scène : Benoît Lavigne

Avec : Benjamin Voisin

On le sait, l’exercice du seul-en-scène est un art complexe, en particulier lorsque le sujet abordé empêche, à priori, toutes notes d’humour. Guerre mis en scène par Benoît Lavigne et interprété par le césarisé Benjamin Voisin relève donc ici un double défi : adapter pour la scène une œuvre littéraire tout en captivant l’auditoire par l’entremise d’une distribution réduite à son minimum. Défi réussi pour Benoît Lavigne et Benjamin Voisin qui signent ici une très belle première adaptation du roman inédit de Louis-Ferdinand Céline retrouvé en 2021 et publié en grande pompe aux éditions Gallimard l’année suivante. 

Avant même le lever du rideau, le public est déjà plongé dans les tranchées fumantes de la Grande Guerre grâce à la scénographie de Seymour Laval. La fumée blanche qui s’abat vite, très vite, sur la minuscule salle du Petit Saint-Martin semble aussi faire office d’avertissement : préparez-vous à être enfumé nous dit-on, méfiez-vous des coups d’esbroufe. Or, justement, le héros de Guerre excelle en la matière, à tel point que le spectateur finit par douter que celui-ci mérite véritablement son titre de héros de guerre. Pour justifier sa couardise, le bien connu Ferdinand n’hésite pas à singer son entourage dans un récit haut en couleurs qui lui laisse toujours le beau rôle. 

Sur scène, un décor dépouillé laisse le champ libre à Benjamin Voisin pour déployer son jeu d’acteur caméléon : il incarne aussi bien les soldats traumatisés que les femmes qui égaient leur convalescence – Ferdinand et sa loyauté chancelante bien sûr, mais aussi le délicieux Cascade, à la jambe boiteuse et au sourire niais bientôt accusé d’avoir trahi la patrie, ou encore la peu scrupuleuse Mlle Lespinasse, infirmière de son métier atteinte d’un cas particulièrement prononcé de « e prépausal ». À chaque nouveau personnage, Benjamin Voisin fait peau neuve, transforme sa voix, sa gestuelle, son phrasé, investit son énergie, engage son corps et sa sueur pour donner à voir la félonie, l’égoïsme, et la noirceur de ces antihéros dont Céline a le secret. Proche de l’exploit, la performance est presque aussi étourdissante que prodigieuse. La mise en lumière très soignée – encore une fois signée par Seymour Laval – accompagne sans aucune fioriture le rythme effréné des métamorphoses de l’acteur. Le spectateur est embarqué d’un lieu à l’autre sans alourdir l’œuvre par des changements de décors superflus. En évitant tout excès de théâtralité, la mise en scène de Benoît Lavigne rend hommage au verbe célinien qui nous fait rire et pleurer autant qu’il nous écœure. 

Reste que la dernière diatribe de Ferdinand est peut-être celle de trop. La complexité de l’écriture célinienne a finalement raison de la scène : si elle nous tient en haleine au fil des pages, la langue tortueuse de l’écrivain finit par perdre le public une fois retransmise sur scène. Que dire aussi du parallèle que suggère le metteur en scène entre l’œuvre de Céline et la guerre en Ukraine ? Ferdinand n’a rien du soldat ukrainien – ou du moins, on l’espère – et c’est tant mieux. Il est le produit d’une époque qui tient encore pour vrai que la guerre suffit à tout pardonner, y compris un sexisme rance qui contaminait déjà les pages du Voyage au Bout de la Nuit. L’allusion au contexte politique nous paraît donc ici un peu trop hâtive. Le texte de Céline semble en effet trouver toute sa force dans sa particularité historique plutôt que dans sa prétendue résonance.

© Théâtre de la Porte Saint-Martin
https://www.portestmartin.com/guerre

Agathe Faucourt

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search