La beauté sauvera le monde – par Léonard De Carvalho

Représenté le 29 janvier 2024, au théâtre de l’Essaïon.

https://www.essaion-theatre.com/spectacle/1046_la-beaute-sauvera-le-monde.html

La beauté sauvera le monde est une pièce originale écrite par Barbara Castin, comédienne de ce seul en scène, et mise en scène par Pierre Boucard. C’est à l’occasion du festival d’Avignon 2022 que j’ai eu la chance de voir pour la première fois ce spectacle, aujourd’hui repris au théâtre de l’Essaïon à Paris. À l’ouverture, une jeune femme y tient son bébé dans un couffin : elle semble avoir fait un long chemin. Elle fait une pause. Autour d’elle, une nature dévastée. Cette mère va alors conter à son enfant ce qu’elle a jadis fait (ou plutôt tenté de faire) en tant que scientifique pour alerter les pouvoirs publics sur les dangers d’un nouveau pesticide voué à ravager les cultures européennes.

Une lumière chaude inonde délicatement la scène. Nous sommes en présence d’une terre aride : des gravats, des fondations de béton tombées en ruine, structurent la scène. La configuration du théâtre de l’Essaïon (situé dans une cave humide) renforce l’impression de désolation qui émane du décor. Le costume de la comédienne est en lambeau, signe de l’effondrement de l’humanité – du moins telle que nous la connaissons. Nous sommes dans un monde dangereux : la solitude de cette femme et de son nourrisson saisit le spectateur dès l’entrée en scène de l’actrice. 

La fragilité et la mélancolie du personnage, mêlé à son combat que l’indifférence des pouvoirs publics rend vains, donne aux spectateurs toutes les raisons d’être viscéralement points par le discours écologique. La voix de l’actrice oscille entre acharnement et frustration. L’inquiétude, le doute et la peur saisissent le spectateur jusqu’aux derniers instants de la pièce, qui s’achève sur une image de profond désespoir.  

Barbara Castin réussit avec brio cet exercice du seul en scène et nous délivre une prestation poignante. Servi par une mise en scène fine et haletante, ce cri de rage au militantisme déchu mérite toute notre attention. 

Léonard de Carvalho

Rappeler l’homme à la terre : La Beauté sauvera le monde de Barbara Castin – Emilie Gauthier

https://www.essaion-theatre.com/spectacle/1046_la-beaute-sauvera-le-monde.html

 Au commencement, ce fut d’abord ce cri d’enfant triste et lourd qui perçait le noir. Pas de lumière. Pas d’image. Pas de parole. Uniquement ce cri strident et pesant, rapidement rattrapé par les murmures d’une femme, vaine supplication au sommeil du nouveau-né. Alors que le jour se lève lourdement dans la petite salle du théâtre de l’Essaion, voici venir Meth, qui, comme une louve apeurée trainant l’unique survivant de sa portée, se presse entre les trois imposants blocs de liège posés sur le plateau. Dans cette scène pauvrement décorée où se déploie un monde ravagé par l’activité humaine, Barbara Castin s’élance avec dextérité dans un seul en scène périlleux au cours duquel elle incarnera, dans un jeu riche en nuances, une série de personnages-fantômes en proie tantôt à l’angoisse, tantôt à l’indifférence écologique. 

Durant une heure, Meth racontera à son bébé son combat d’entomologiste — nom (avons-le) assez difficile à prononcer et jusqu’alors inconnu d’une partie du public qui désigne un scientifique spécialisé dans l’étude des populations d’insectes — son combat d’entomologiste, disais-je, dans ce monde d’antan où « il y avait des odeurs qui marchaient », mais où déjà la terre nourricière s’épuisait devant l’appétit avide des industries agro-alimentaires. La mère rejoue les grandes étapes de sa lutte écologique d’hier : son rapport à l’assemblée qui lui vaut d’être accusée d’extrémisme (alors même qu’elle tentait simplement d’informer), l’éloignement de ses proches à mesure de la montée de son engagement dans la défense de l’environnement, son renvoi du laboratoire de recherche pour « idéalisme », son ralliement aux associations de lutte écologique, ses petites victoires. Des souvenirs comme autant de cris dans le vide qui convergent tous vers ce plateau en ruines — trace d’un terrible échec collectif, image violente de notre propre disparition. Telle est la fable que nous livre Barbara Castin, sublimée encore par Pierre Boucard à la mise en scène, et Antonio de Carvalho à la création lumière. 

Face à une exposition aussi acerbe de la situation écologique actuelle, de son instrumentalisation politique et, peut-être plus dur encore, de notre impuissance individuelle face à l’entropie climatique, les spectateurs ont pu hésiter entre sidération, consternation et émoi irrépressible. Le pessimisme dérange, le discours politique offusque ? Mais tendez l’oreille, et écoutez la fin : vous entendrez un habile tressage des plus grandes pièces de la littérature, de Ronsard à Giono, en passant par la douce mélodie du Roi et l’oiseau ; vous sentirez le réveil de la force oubliée de la poésie ; vous vous laisserez entraînés par une célébration orphique. Que restera-t-il d’un sermon quand vous aurez frémis devant cette profession de foi en la création artistique, seule capable de rappeler l’homme à la terre ? 

Pour ma part, je l’avoue, je mange encore des avocats et je rechigne à me renseigner sur l’empreinte carbone d’un véhicule électrique. Ce qu’il me reste, c’est le murmure de cette femme à l’oreille du nouveau-né dans la lumière désormais qui décline. Son murmure. Et ce couffin rempli de sable qu’elle renverse maintenant silencieusement par terre. Au commencement, ce fut un cri. Le soir venu, l’enfant à venir n’était plus qu’un tas de cendres muets. 

Emilie Gauthier

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search