Au poulailler, on rit aussi de La Puce  – Emilie Gauthier

La Puce à l’oreille de Georges Feydeau, mis en scène par Lilo Baur, Salle Richelieu, 19 novembre 2023.

Une paire de bretelles, malencontreusement retournées de l’hôtel du Minet Galant, met le feu aux poudres d’une série rocambolesque de quiproquos, tous plus délirants les uns que les autres. C’est par ces maudites bretelles que Madame Chandebise (la géniale Anna Cervika) tire l’ultime preuve de l’infidélité de son mari – la première, mais non pas la moins amusante, étant ses troubles érectiles. Eh oui, voyez, les preuves sont sérieuses, les faits concordants. Lucienne Homénidès de Histangua (la sublime Pauline Clément), grande amie perdue de vue depuis dix ans mais retrouvée quelques jours plus tôt, désormais pour le meilleur et pour le pire, accepte d’aider l’épouse outragée à prendre son mari sur le fait : elle rédige, de sa plume la plus suave, une lettre parfumée et anonyme pour donner un faux rendez-vous à cette canaille de Monsieur Chandebise : voilà ! par ce stratagème, Madame pourra surprendre les envies extraconjugales de Monsieur, à défaut de la maîtresse prétendue. 

L’intrigue, signée Feydeau, vous a sans doute mis la puce à l’oreille, et peut-être est-il inutile de vous raconter la suite, qui mêle brillamment tous les rouages du vaudeville. Point d’adultère, point de catastrophe, mais bien des éclats de rire salle Richelieu lorsque le désopilant Jérémy Lopez, reconnaissant l’écriture de sa femme, se met en tête de touiller celui qu’il pense être l’amant de sa tendre épouse, j’ai nommé Monsieur Chandebise lui-même, destinataire de la fausse lettre (le drôlatique Serge Bagdassarian) ; ou, lorsque qu’à l’hôtel du Minet Galant, Madame Chandebise ne découvre point, pour sa plus grande surprise, son mari, mais le bellâtre qu’elle voulait elle-même prendre pour amant (le fabuleux Sébastien Pouderoux) ; ou même, enfin, lorsque Jean Chevalier se met prodigieusement à parler sans prononcer aucune consonne. Lilo Baur fait le choix de transposer l’argument de Feydeau dans les années soixante. Couleurs explosives, costumes délirants, mobiliers vintages. L’œil est séduit par l’homogénéité de la reconstitution volontairement clichée. Ce replacement dans les sixties justifie et raille les comportements stéréotypés de l’homme et de la femme : c’est là un choix aussi prudent qu’efficace. 

Sans doute l’affluence salle Richelieu, ce soir du 19 novembre 2023, et les crises de rire généralisées des spectateurs justifient certes le retour de la mise en scène de Lilo Baur en cette saison théâtrale. Pour avoir vu le spectacle depuis l’orchestre en 2019, je dois cependant vous confesser que j’ai bien moins ri à la reprise : les jeux de mots de Feydeau, bien que nous ne doutions point de leur légèreté, ne montent pas jusqu’au poulailler. Et puis, du reste, les acrobaties de nos Comédiens-Français adorés sont nul doute désopilantes, travaillées, et bien fines, mais le regard persan du spectateur, attentif et dévoué, voyez-vous, ne descend pas si bas ­— à moins de se faire greffer l’œil d’un faucon, difficile de vous en décrire les subtilités depuis les nues de la belle et grande salle Richelieu. Enfin, je peux vous dire tout de même ceci : cette salle à l’italienne tapissée de velours rouge, chaude, utérine, est dominé d’un sublime lustre dont on aime voir la lumière s’endormir, pour que la fiction s’éveille. D’ailleurs, pour des poules si haut perchées et prêtes au coucher, dans le noir, le vrai spectacle, c’est bien la salle — c’est son rire qui monte à nos oreilles, c’est son sourire que l’on a sous les yeux lorsqu’on décide de ne plus se tordre le cou. 

 Il est des soirs (certes, pas celui-là) où le poulailler est la place la plus noble. Regardez, lorsque Galilée-Hervé Pierre regarde la salle à travers son télescope, il voit l’univers. Eh bien, du haut du poulailler, moi aussi je l’ai vu : les lustres parsemaient le noir de la salle de minuscules lumières bleues. Et moi, alors, j’étais au milieu des étoiles. 

Emilie Gauthier

L’oeil critique et rieur de Charlotte Clementi

Hilarant. Un moment de pur plaisir où les rires se chevauchent bruyamment dans cette salle rayonnante. Je sors du théâtre avec un esprit nouveau, plus léger : je fais une pause dans cette course vers le désarroi où me plonge l’actualité des faits. Autour de moi, ces décors de la ville qui me paraissaient il n’y a que quelques heures inutiles, presque illégitimes alors que le monde s’écroule à quelques kilomètres de chez moi, acquièrent maintenant tout leur sens et leur nécessité.

Voilà qu’il me suffit d’un seul acte, de quelques heures à peine, pour changer un peu mon regard sur le monde.

 C’est le pouvoir du théâtre, un pouvoir qui appartient à ces pièces qui parviennent à perturber mes repères : un fou rire peut parfois susciter autant de réflexions que le monologue d’une tragédie shakespearienne.

Alors, pour retracer l’origine de cette sensation soudaine de vitalité intérieure, la naissance d’un espoir quelconque sur l’humanité et sur sa beauté, rien de mieux que d’essayer de faire revivre l’atmosphère enivrante où nous plonge La Puce à l’oreille de Georges Feydeau (1907) dans la mise en scène de Lilo Baur, salle Richelieu. 

La scène s’ouvre sur un décor du moins époustouflant, inattendu, où les années sixties, le goût pour l’excentricité et les couleurs pop nous sortent immédiatement du contexte parisien. La mise en scène est semée d’objets extravagants, comme cette kitschissime peau de tigre en guise de tapis, ce bar à cocktail en forme de globe terrestre ou ce canapé vert sapin en velours, qui ne feront qu’entourer et servir les aventures rocambolesques d’un ménage bourgeois et de son entourage. Feydeau, et avec lui notre metteuse en scène suisse, ont tout l’air de s’être éclatés à enfoncer leurs personnages dans les situations les plus absurdes et loufoques. Dans ce décor chic, avec quand-même quelques notes de mauvais goût, dans l’apparente tranquillité sage d’une petite maison quelque part au milieu des montagnes enneigées, l’engrenage démarre, l’équilibre éclate, les comédiens surexcités sautent ici et là, ouvrent des portes, courent, crient, dansent, déployant toute une série de quiproquos qui arrachent les fous rires des spectateurs. Malgré un bon nombre de propos grossiers, Lilo Baur parvient à reproposer avec glamour cette pièce aux mécanismes parfaitement rodés et à provoquer un rire lessivant dans la salle. On assiste à la décomposition progressive des conventions bourgeoises et des relations humaines pour s’avouer que, malgré nos efforts constants de trouver un équilibre humain et social, il suffit d’une petite flamme pour qu’il s’effondre impitoyablement. 

Quant à l’intrigue, c’est un vrai défilé de malentendus et de délires portés par des acteurs merveilleux, qui assument pleinement l’incongruité des situations en recréant un comique qui ne passe plus seulement par les mots, mais aussi par le corps, par ses mouvements précis et extrêmement musicaux qui caractérisent chaque personnage.

Il y a d’abord Raymonde Chandebise (la jeune Anna Cervinka), atterrée depuis qu’elle a trouvé les bretelles de son mari dans un colis ouvert « par mégarde » et persuadée depuis que celui-ci la trompe. Elle fait alors appel à sa meilleure amie Lucienne Homédiés de Histangua, une femme quelque peu farfelue et fabuleusement interprétée par Pauline Clémént. Ensemble, dans une solidarité qui révèle derrière leur excentricité un féminisme discret et timide, elles concoctent un plan diabolique pour surprendre en flagrant le pauvre Victor-Emmanuel Chandebise (le superbe Serge Bagdassarian) qui, lui, n’est préoccupé que par son impuissance au lit et se confie à ce docteur de famille un peu trop libidineux (Alexandre Pavloff, quel acteur !). Mais dans ce défilé burlesque du monde bourgeois nous avons aussi des domestiques malicieux qui font progresser le délire : un mari très jaloux (le délicieux Jerémy Lopez qui nous fait tordre de rire), l’assistant tombeur de filles (Sébastien Pouderoux), un sosie, ivrogne et un peu bête, de l’assureur (bien sûr encore Serge Bagdassarian), le militaire nostalgique à la retraite (Thierry Hancisse) et sa diva de femme (Clotilde de Bayser), le touriste américain qui ne sait plus où il est tombé (Biran Ba), une bande de musiciens qui rythment l’enchainement de l’hystérie. Ça donne du fil à retordre aux spectateurs les plus sérieux.

Moi, je sors de la salle épatée et étourdie, comme si je venais de sortir d’un cycle à 60° degrés de ma machine à laver. Comblée, comme d’ailleurs ont l’air d’être aussi les gens autour de moi, je repense à ce joli bordel où tous les ressorts comiques ont marché à merveille et je me sens épanouie. Je n’ai aucun doute, Lilo Baur a honoré le chef d’œuvre abracadabrant de notre cher Feydeau !

Charlotte Clementi

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search