Représenter le handicap mental sur scène : le défi de Misericordia d’Emma Dante – Emilie Gauthier

Le handicap mental a quelque chose d’inexprimable, d’indicible, voire peut-être d’innommable. Tantôt objet d’incompréhension, de mépris et d’invisibilisation, il est bien souvent polymorphe et ne saurait se réduire à l’étiquette d’un syndrome et à liste figée de symptômes. Parce que le handicap a son langage et sa grammaire, il est un objet de fascination mais aussi de violents rejets qui courent de la moquerie aux comportements excluants et discriminatoires. Rares sont les représentations théâtrales qui tentent de donner à voir le handicap mental, que ce soit du point de vue du malade, de son entourage ou d’un tiers. Autre preuve, peut-être, du peu de visibilité que nos sociétés offrent au monde du handicap. Est-ce par peur, par prudence ou par ignorance ? 

Emma Dante explore quant à elle sans crainte, ni pudeur, ni maladresse, le monde intérieur du handicap mental dans une création théâtrale, chorégraphique et poétique au titre tendre de Misericordia. Simone Zambelli, danseur, y incarne le personnage (quasi) muet d’Arturo, un jeune homme souffrant d’un handicap mental, élevé et chéri par trois femmes dans une grande misère (Manuela Lo Sicco, Leonarda Saffi et Italia Carroccio). L’intrigue est simple : les trois femmes ne parviennent plus à s’occuper de l’enfant et se sont décidées à le confier à un mystérieux établissement spécialisé. 

En une heure, la pièce explore toutes les émotions que le handicap peut soulever en une vie. 

            Peur : que va devenir Arturo lorsque la fanfare viendra le chercher pour l’emmener loin de ses femmes qui sont sa famille ? 

            Incompréhension : pourquoi Arturo se balance-t-il comme ça, au rythme du cliquetis des aiguilles à tricoter de ses mères ? 

            Colère : Arturo saccage l’appartement et ne cesse de renverser les poubelles sur cette scène étroite et miteuse, qu’habillent juste quelques sacs et quatre fauteuils à bascule.

            Horreur : Arturo ne supporte pas qu’on hurle l’horrible récit de sa naissance, pleine de coups et de cris.

             Rire : Arturo va-t-il vraiment bouger chaque minute que dieu fait, même en dormant ? 

Soulagement : la boite à musique a enfin fini par calmer Arturo et le voilà tranquille. 

Fierté : je rêve, ou Arturo est en train de s’habiller tout seul ?

            Amour : Arturo parvient pour la première fois à dire « maman » lorsqu’on l’arrache à son foyer. 

C’est que la différence n’y est pas simplement représentée. Elle est dansée, chantée, célébrée dans ses joies comme dans ses peines. Elle guide la scénographie, est l’objet de tous les dialogues, s’incarne dans tous les gestes, dans tous les cris d’euphorie comme de détresse. Sublimée par les pas du danseur, elle ne fait plus peur. Elle ne fait plus rire. Elle devient le support d’un plaisir esthétique inédit où le geste prend le relais de la parole pour dire : 

Je suis humain car je vois ce que vous voyez, 

Je suis humain car je sens ce que vous sentez, 

et car j’aime en vous les choses que vous avez appris à aimer en moi. 

Au-delà de la détresse, de la peur et de la souffrance, Emma Dante rappelle avec tendresse et chaleur que le monde du handicap a ses larmes de joie et ses jours d’espoir. 

C’est la première fois que je vois une salle entière se lever pour acclamer un spectacle. Mais pas la dernière, car j’y retournerai. 

© Masiar Pasquali

https://www.theatredurondpoint.fr/spectacle/misericordia/

Emilie Gauthier

La parole cachée : Misercordia de Emma Dante – Nicole Botti

Sur la scène, le spectateur voit quatre chaises placées les unes à côté des autres : un espace épuré, quasiment vide, un garçon et trois femmes. Deux des femmes sont debout en train de parler à voix basse.  Visiblement, il y a conflit, et c’est a priori l’autre femme assise qui en est la cause. Et en effet, une dispute – du quotidien, banale en somme – explose quelques minutes après. Pourtant, jusque-là, aucun mot n’avait été prononcé clairement, ni aucune phrase articulée. Le spectateur ne peut que regarder la scène devant lui et se laisser porter par ces sons incompréhensibles, qui, de temps en temps, font rire la salle. 

C’est peut-être dans cette ouverture, ce dialogue initial sans paroles définies, que l’on peut voir le mode d’emploi de Misericordia, un spectacle de Emma Dante joué au théâtre du Rond-Point en italien, plus précisément en dialecte sicilien. Dans le reste de la pièce, les dialogues sont dosés et régulièrement brisés par la gestualité et les sons du travail de mise en scène. 

Les trois femmes de Misericordia, Anna, Nuzza e Bettina, sont des prostituées. Elles habitent un lieu indéfini en Sicile, dans un univers fait de violence, d’humiliation, de misère et d’avilissement. Avec elles habite Arturo, un garçon handicapé. C’est le fils de Lucia, feu leur amie et colocataire, battue à mort par le père de l’enfant lors de sa grossesse. Arturo est donc né orphelin et il a été élevé par ces trois femmes, dans cette maison étouffante, où on tricote le jour, et vend son corps la nuit.

Toutes les parties dialoguées transmettent le point de vue des femmes : c’est à travers leur récit que nous apprenons leur histoire, que nous revivons leur passé et connaissons leur présent. Anna, Nuzza et Bettina sont plongées dans cet univers de violence et de misère : on les voit osciller entre la résignation désespérée et le dégout pour leurs propres vies. Cette violence, cette misère se retrouvent non seulement dans leur récit, mais aussi dans leurs mouvements, dans leurs gestes, dans leurs disputes. Le garçon au contraire ne parle jamais, mais il occupe l’espace, il est tout temps en mouvement. C’est par les regards et les mouvements qu’il communique, créant une sorte de danse convulsive. Le comédien Simone Zambelli donne ici une performance remarquable, en réussissant à transmettre au spectateur un mélange de grâce et de drame par les seuls mouvements de son corps. 

Arturo, qui ne devrait être qu’un énième malheur pour touche ces trois femmes miséreuses, devient au contraire leur rayon de soleil : chacune a sa façon d’être la mère de ce garçon, et toutes les trois brillent de tendresse en prenant soin de lui, en le réprimandant, et même en s’en plaignant. 

© Masiar Pasquali

Finalement, la force et peut-être la faiblesse – selon les goûts – de cette mise en scène, c’est de réussir à mettre en évidence le non-dit. C’est exactement dans cette alternance de parole et de gestes que le spectacle nous parle, par l’accumulation d’images excessives, qui sont faites de couleurs vivantes, d’un nombre incalculable d’objets jetés sur scène et de corps imparfaits. C’est aussi grâce à ces comédiens capables de donner vie à cet univers à la fois cru et poétique, qu’Emma Dante crée une mise en scène intense, perturbante et puissante. 

Nicole Botti

 

https://www.theatredurondpoint.fr/spectacle/misericordia/

Trouver le cœur dans la misère dans Misericordia d’Emma Dante – Agathe Faucourt

Théâtre du Rond Point, 14.10.2023 

Texte et mise en scène : Emma Dante

Avec : Italia Carroccio (Bettina), Manuela Lo Sicco (Nuzza), Leonarda Saffi (Anna), Simone Zambelli (Arturo)

Lumières : Cristian Zucaro

Malgré la noirceur de son titre, Misericordia commence dans la légèreté et l’humour : Anna, Nuzza et Bettina, trois italiennes qui vivent sous le même toit se chamaillent pour une histoire de sandwich. Expertes dans l’art du comique de geste, les trois comédiennes ne tardent pas à faire sourire l’ensemble de la salle. Que le spectateur non-italianisant se rassure : si quelques échanges se perdent au gré des piques que s’échange le trio de comédiennes, l’expérience n’en sera que plus authentique. Emma Dante affirme en effet que le public italien a parfois lui-même du mal à saisir l’ensemble des dialogues de son œuvre puisque celle-ci fait non seulement usage de plusieurs dialectes mais tend aussi à remplacer le mot par le geste. 

Tout aussi délicieuse à entendre et à voir donc, la querelle initiale est pourtant loin d’être anodine, en témoigne la sobriété du décor. Encerclées par une multitude d’objets de peu de valeur, les quatre chaises choisies par Emma Dante ne parviennent pas à combler l’espace de la vaste scène du Théâtre du Rond Point et laissent planer une impression de vide et de manque. Et c’est dans cette misère que nos trois italiennes doivent élever Arturo, l’enfant de leur quatrième colocataire de fortune décédée peu de temps après avoir donné naissance. Devenues mère à trois têtes, Anna, Nuzza et Bettina sont prêtes à tout donner – y compris leurs corps qu’elles vendent aux passants pour quelques billets – à cet enfant qui ne parvient ni à communiquer ni à contrôler ses mouvements. Mais à l’image des tourbillons sans fin dans lesquels nous embarque l’interprète d’Arturo, l’impressionnant Simone Zambelli, danseur de formation, le jeune orphelin a besoin de plus et de mieux pour guérir les blessures d’une naissance placée sous le signe de la violence conjugale. Nos trois mères de substitution acceptent donc un ultime sacrifice, une privation impensable : confier l’être qu’elles aiment sans condition à des mains plus aptes et moins miséreuses. La séparation, soulignée par une musique de fanfare entêtante, est tout aussi déchirante que porteuse d’espoir. Le renoncement parfaitement désintéressé de ces trois femmes signe peut-être le salut d’Arturo. C’est là tout l’art du texte et de la mise en scène d’Emma Dante : trouver le cœur dans la misère à l’heure où la société contemporaine cloisonne la différence et récompense les comportements individualistes.

Sans conteste, Misericordia nous offre une réflexion poignante sur l’essence même de l’altruisme. Réflexion qui aurait sans doute encore gagné en profondeur et en fragilité en confiant le rôle d’Arturo à un acteur lui-même atteint du handicap qui accable le personnage. On retiendra toutefois la justesse des chorégraphies de Simone Zambelli qui parviennent à esthétiser l’infirmité du corps et de l’esprit sans jamais les singer. 

Critique rédigée le 23 octobre 2023 par Agathe Faucourt

Le Cocon d’Arturo ou la découverte de soi-même- Gabriel Federicci

Une nouvelle chorégraphie envahit la scène du Théâtre du Rond Point, bien qu’il ne s’agisse pas d’un spectacle de danse. La pièce Misericordia d’Emma Dante, une production du légendaire Piccolo Teatro de Milano, est un tremplin de l’Italie vers la France, nous offrant une vue d’ensemble de la gestuelle précédant la parole elle-même, en route vers le développement d’un code de communication, y compris éthique, qui traverse les portraits de la misère, de la solidarité et de la place de l’homme dans le monde.

Arturo est un jeune orphelin, sous la garde indirecte de trois femmes, Bettina, Nuzza et Anna, qui assument informellement le rôle partagé de sa mère. Arturo ne parle pas, mais s’exprime par les mouvements de son corps et est soumis aux sons extérieurs, telle une marionnette dépendante des coordonnées du marionnettiste pour agir. C’est ainsi qu’Arturo communique et découvre progressivement le monde qui l’entoure. De cette façon, la présence féminine dans le spectacle nous rappelle la pièce L’Île des Chèvres d’Ugo Betti. Alors que là-bas, il y a une référence implicite à la dépendance des trois femmes à l’égard d’un homme, Angelo, en ce qui concerne la recherche de la présence masculine dans leur vie à tous égards, frôlant la possession; ici nous remarquons que les femmes, bien qu’indépendantes, comblent leur existence en transfusant des sentiments et des soins à Arturo, même si cette tâche n’est pas entièrement spontanée. À un moment donné, l’une d’elles dit : « Arturo n’aurait pas dû naître. »

Dans Misericordia, il est possible d’identifier la misère humaine et en même temps la compassion qui découle de l’acte d’un don nécessaire, comme il est impératif dans la vie elle-même. Il s’agit des affects qui se cultivent et s’établissent dans la co-dépendance au sein d’une société qui n’a pas encore défini son rôle et son contexte en tant qu’humanité. C’est le monde dans lequel vivent ces créatures.

En ce sens, Arturo traverse différentes phases jusqu’à sortir de son cocon et jouir de la liberté de découvrir qui il est vraiment, en prenant son envol vers l’avenir, indépendamment de ses limitations physiques. 

Ainsi, le processus scénique de cette mise en scène a été développé selon un langage non naturaliste, résultat d’improvisations dans l’esprit de la Commedia dell’Arte et d’une création collective mêlant diverses formes d’art pour créer un spectacle vivant qui exprime le sens italien d’être et d’agir, tout en démontrant l’universalité de l’homme dans le dépassement de ses frontières. 

Emma Dante, en tant que dramaturge et metteuse en scène, a su révéler la machine qui nous anime et nous provoque. La performance est parfois épuisante, mais cet inconfort découle précisément de l’impossibilité d’anticiper la dimension du hasard, qui, à certains moments, réorganise le conflit qui se déroule sur cette île presque silencieuse, où les bruits orchestrent les premiers gestes d’une expansion que seule l’art du comédien peut couronner. 

Gabriel Federicci

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search