Sur les ossements des morts de Complicité – Aida Copra

Le 09 juin  

Odéon Théâtre de l’Europe 

Avec Thomas Arnold, Johannes Flaschberger, Tamzin Griffin, Amanda Hadingue, Kiren Kebaili-Dwyer, Weronika Maria, Tim McMullan, César Sarachu, Sophie Steer, Alexander Uzoka 

(en raison d’un deuil, Kathryn Hunter doit abandonner son rôle pour l’ensemble des représentations parisiennes. C’est Amanda Hadingue qui interprète le personnage principal de Janina Duszejko, tandis que Tamzin Griffin reprend les rôles qu’Amanda tenait jusque-là)

Dans le livre d’Orhan Pamuk, Mon nom est Rouge, il y a une histoire qui s’appelle Moi, le chien. Elle est racontée du point de vue d’un chien errant qui observe les événements de la ville d’Istanbul en apportant un regard différent sur la condition humaine. « Les chiens parlent pour ceux qui savent les entendre », dit le narrateur. 

« Je veux te raconter une histoire », dit Amanda Hadingue au début du spectacle. Seule sur scène avec un micro et aucun décor, dans une demi-obscurité, elle revêt le rôle de Janina Doucheyko et se lance dans le récit d’une histoire inoubliable. 

Il nous semble que c’est une tentation irrésistible, pour Simon McBurney et sa compagnie Complicité, de se plonger dans l’art de la narration et de tisser les fils de l’imagination pour créer un récit captivant. Après The Encounter en 2018, Sur les ossements des morts signe le grand retour de la compagnie Complicité à l’Odéon. Et cette phrase « Je veux raconter une histoire », on l’a déjà entendue au début de The Encounter où Simon McBurney parle d’un photographe américain, Loren McIntyre, qui, en 1969, part en Amazonie pour rencontrer le peuple Mayoruna. Déjà ici, Simon McBurney développe les sujets qui sont également repris dans son adaptation du roman d’Olga Tokarczuk : le temps et l’infini, la nature et l’homme. Et il nous confronte à une question qui semble toujours guider sa vision du monde et du théâtre : comment raconter une histoire par rapport à l’espace-temps ?

Dans le roman Sur les ossements des morts, Olga Tokarczuk, prix Nobel de littérature 2018, nous parle de Janina Doucheyko, une femme de soixante-cinq ans, ingénieur à la retraite qui enseigne l’anglais dans une petite école au sud de la Pologne. Elle se passionne pour l’astrologie et l’œuvre de William Blake. Une nuit, quelqu’un frappe à sa porte. C’est le son qui « annonce » une série de meurtres étranges dans son village au cœur des Sudètes. Bigfoot, le voisin de Janina est mort. Sa mort par contre ne représente pas le début de l’histoire, elle n’est pas un « instant zéro », mais le point de coexistence qui relie tous les moments de l’histoire. La temporalité ne se limite donc pas à l’écoulement du temps, mais elle se construit à travers les moments particuliers

Toute la mise en scène est construite de manière à mettre en évidence le rapport entre le passé, le présent et le futur. Le premier moment particulier arrive dans l’apparition instantanée d’une photo qu’on voit sur l’écran du fond. Il s’agit de la photo que Janina trouve dans la maison de Bigfoot et dont l’importance sera révélée à la fin du spectacle. Le présent de Janina, le moment où elle nous raconte l’histoire, devient en effet le passé pour les autres. Elle a également un don particulier qui lui permet de prévoir le destin des hommes par l’étude des influences des astres. Les scènes qui suggèrent la présence des constellations évoquent aussi l’idée de l’Autrefois qui rencontre le Maintenant dans un éclair.      

©Alex Berner

https://www.theatre-odeon.eu/fr/drive-your-plow-over-the-bones-of-the-dead

En ce sens, on peut interpréter le mur du fond de la scène qui assume différentes fonctions. En tant que vitre, il sert à diviser l’espace scénique pour que le présent et le passé puissent se produire simultanément et coexister, ou bien, il introduit l’espace intérieur de Janina où l’on voit ses rêves. En tant que miroir, d’un côté, il oblige l’espace à se déformer en permettant au spectateur d’avoir simultanément le regard du côté de l’arrière-scène, et de l’autre, il crée des mouvements doubles en ce qui concerne la perception de l’espace. Dans la même optique, on peut envisager l’une des scènes qui, grâce aux dispositifs d’éclairage, évoque les courbures de l’espace-temps. 

Il est impressionnant d’observer de quelle manière les acteurs interagissent avec l’espace concret et l’espace imaginé, de quelle manière ils apparaissent sous nos yeux et comment ils passent d’un personnage à l’autre. La scénographie, aussi impressionnante que spectaculaire, caractérisée par une utilisation novatrice de la technologie, contribue à créer des scènes captivantes qui invitent le spectateur à observer le monde au-delà de son échelle. Car, « l’infiniment grand est contenu dans l’infiniment petit » – c’est le IX chapitre de Sur les ossements des morts – et « les atomes gardent en eux la mémoire de l’apparition de la vie, de la catastrophe cosmique qui fut à l’origine de la naissance du monde ».

Alors l’idée principale qui structure l’histoire pourrait être celle exprimée par Blaise Pascal : « Car enfin qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout ». Simon McBurney, à travers le roman d’Olga Tokarczuk, questionne l’attitude de l’homme qui se prend pour « un tout » dans ses liens avec l’environnement et le monde animal. Les traces retrouvées sur les lieux des crimes laissent penser que les meurtriers pourraient être des animaux, comme un signe de la vengeance sur les chasseurs. 

Comme dans le récit d’Orhan Pamuk, l’histoire est également racontée du point de vue des animaux. Pourtant, il ne s’agit pas d’anthropomorphisme, mais de la transformation des êtres humains en animaux : d’un côté, il s’agit de l’incorporation animale chez les acteurs – l’acteur incorpore le chien de Bigfoot – ; et de l’autre, de l’incorporation animale chez les personnages – les citoyens du village se déguisent en animaux lors d’un bal des férus de champignons, ou bien, les élèves se déguisent en animaux pour jouer dans une pièce qui illustre la vie de Saint Hubert, passionné de chasse. Ce dernier exemple offre l’occasion d’affronter une autre grande problématique : l’église et son rôle dans la société. 

Les vers de Blake deviennent aussi des moments particuliers qui introduisent presque chaque scène. « Conduis ta charrue par-dessus les ossements des morts » (Mariage du Ciel et de l’Enfer, William Blake) est l’un d’eux… C’est l’hiver et le village se prépare à célébrer la fête de Saint Hubert quand Janina prononce ces mot. À la fin du spectacle, elle reste seule sur scène entourée des hommes qui tombent un à un par terre par-dessus les ossements des morts.      

La nature et les animaux parlent pour ceux qui savent les entendre. Magnifique et extraordinaire ! Merci Complicité.

Aida Copra 

Sur les ossements des morts. Réflexions autour du « lien perdu de l’homme avec le monde naturel » – Silvia de Min

À l’Odéon, ce vendredi 9 juin, la compagnie Complicité, sous la direction de Simon McBurney, met en scène un roman qui est censé nous interroger sur « ce que signifie vivre en harmonie avec l’univers, et sur les conséquences périlleuses de la perte de notre lien avec le monde naturel » (déclaration de McBurney dans le programme de salle).

Complicité est une compagnie internationale itinérante qui a son siège à Londres. 

Le roman est le récit éco-féministe de l’écrivaine polonaise Olga Tokarczuk, prix Nobel 2018, et intitulé Sur les ossements des morts. 

L’histoire est simple : une femme sur la soixantaine, vit dans un petit village de la Pologne rurale. Elle était ingénieur, constructrice de ponts. À la retraite elle donne désormais des cours d’anglais, elle lit et relit William Blake, elle se plonge dans sa passion pour les astres et les horoscopes. Surtout, elle se consacre à son combat quotidien, avec néanmoins une dose de naïveté, pour l’environnement et la protection des animaux. 

Le petit village dans lequel elle vit est bouleversé par une série de meurtres : cinq chasseurs de cerfs et chevreuils, hommes du village souvent impliqués dans la politique locale, sont retrouvés morts, les uns après les autres. Une enquête est menée : sur chaque scène de crime, les traces d’une présence animale. Janina, la protagoniste, donne toujours son avis sur les morts et finit par suggérer une solution hypothétique : et si les animaux commençaient à se venger des hommes ?

© Alex Bernner

https://www.theatre-odeon.eu/fr/drive-your-plow-over-the-bones-of-the-dead

La conception de la mise en scène tourne autour d’un micro central, posé sur son support, qui amplifie la voix de Janina, voix du spectacle qui fait résonner le roman, tout en laissant apparaître derrière elle la succession des scènes évoquées. Janina passe rapidement et progressivement de son statut de narratrice à celui du personnage et certainement la souplesse des passages entre mode diégétique et mode mimétique est une des choses les plus remarquables de cette mise en scène.

La parole fait bouger les temps de l’action principale, en les mêlant à d’autre temps de l’histoire de la protagoniste. Le théâtre rend visible la superposition temporelle de chaque existence, donnant chair aux fantômes qui hantent Janina. Le clair-obscur du spectacle peint cette dimension fluide entre narration et représentation ; les mouvements des acteurs qui donnent vie aux scènes et aux dires de la narratrice sont parfaits, par moments chorégraphiques. Ils font preuve d’une technique impeccable. 

Et pourtant…

La narration est simple, linéaire et, en même temps, trop détaillée et construite en forme de cellules narratives qui se répètent jusqu’à devenir prévisibles. Complicité porte sur scène un roman qui, probablement, fonctionne mieux sur la page. 

L’actrice qui interprète Janina, Amanda Hadingue, fait un travail stupéfiant de vocalisation du roman, mais ce trop de texte (le spectacle dure trois heures), à mon avis, ne laisse pas de place à l’émotion du spectateur. J’y ai perçu un manque d’intensité, une excessive froideur. 

En plus, la portée engagée du roman reste difficile à saisir. Le public sortira du théâtre touché par une pensée éco-féministe ? J’en doute. Et c’est là, je crois, que réside le problème fondamental de cette mise en scène : à ce jour, il ne suffit pas d’une femme sur scène – très, trop naïve et caricaturale – , de son amour pour les animaux,  de la représentation de ses fantômes qui sont les fantômes de tous les animaux bestialement tués par les hommes, pour toucher le public sur un plan eco-féministe. Du reste, s’attend-t-on vraiment à ce que le public adopte cette démarche militante ?

Une image restera dans ma mémoire.

Janina est passionnée par les astres et les horoscopes, une autre manière (discutable), semblerait-il, d’être connectée à l’intime de la nature. Quand elle nous en parle, des effets de projections (qui remplissent l’espace scénique de leur magique inconstance lumineuse) peuvent donner forme aux constellations évoquées. Durant quelques instants, la scène est remplie d’une infinité de petits points lumineux : elle représente un ciel étoilé. Pourtant, une autre image, plus personnelle et plus intime, me vient à l’esprit et m’émeut. Après une longue randonnée à la montagne, j’avais échoué dans un refuge. Je me levai au cœur de la nuit. J’ouvrai la porte et, dehors, il y avait, sous mes yeux, des dizaines de petites lumières qui brillaient. Il me fallut un moment pour comprendre que c’étaient les yeux de dizaines de cerfs et de chevreuils. 

L’image personnelle s’est superposée à l’image évoquée par la scène, soit pour l’effet esthétique soit pour la remembrance suscitée par la thématique de la pièce. 

Mais tout de suite, Janina a repris son histoire et alors j’ai perdu cette émotion soudainement retrouvée, mais qui n’a pas trouvé le temps de s’installer dans mon esprit. Cette magie propre au théâtre, là où il laisse un peu d’espace au spectateur, à son vécu, à son interrogation profonde, là où le théâtre peut vraiment secouer son public, pour moi, n’a pas finalement eu lieu.

Silvia de Min

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search