Réflexions autour de Thebes at time of yellow fever – Silvia de Min

Quel est le paratexte du spectacle vivant, le seuil entre le texte et le hors-texte ? L’entrée des spectateurs dans la salle ; la sortie et, juste avant, le moment des applaudissements aux acteurs.

L’obscurité de la salle du Théâtre de Soleil à la Cartoucherie accueille le public. Un monsieur aux cheveux blancs accompagne chaque spectateur à sa place. Chacun est un invité spécial, à la maison de cet homme que la lumière à peine perceptible révèle être Eugenio Barba. Lui qui travailla avec Grotowski, qui fonda à Oslo l’Odin Teateret, centre de recherche, de création, laboratoire connu dans le monde entier, référence de l’École internationale d’anthropologie théâtrale. Eugenio Barba nous accompagne, souriant.

Le théâtre, pour Barba, ne s’est jamais limité au spectacle. Et avant que le spectacle commence, nous sommes déjà dans cette relation particulière à laquelle le théâtre donne vie.

Le spectacle commence.

Thèbes au temps de la fièvre jaune, Eugenio Barba, Théâtre du Soleil,
novembre 2022

À la fin, le public applaudit mais les acteurs, sortis de la scène, ne rentrent pas ; ils ne sont plus là. Personne ne viendra au centre de la scène. Nous nous trouvons à applaudir le vide d’une scène qui est néanmoins remplie des traces, visibles ou invisibles, de la pièce jouée. Nous faisons désormais partie de cet espace et personne n’ose se lever pour sortir.

Nous assistons au dernier spectacle d’une troupe qui a marqué l’histoire du théâtre du XXe siècle. C’est donc avec une émotion particulière que j’assiste à ce spectacle et les quelques mots que j’écrirai ici veulent être surtout une révérence au travail de l’Odin Teatret.

Thèbes au temps de la fièvre jaune raconte, à travers six acteurs, le lendemain de la bataille qui marque la fin de la domination de Thèbes. L’après-guerre est un temps délirant, puissant dans sa projection vers l’avenir et, toutefois, chargé de toutes les angoisses qui viennent du malheur de la guerre.

Le spectacle est en grec ancien. Comme toujours, la troupe ne se pose pas la question de choisir une langue connue de son public. Seulement quelques phrases, pour comprendre les passages fondamentaux de l’histoire, sont prononcées en français. Et pourtant, la langue morte résonne en nous. Le mot n’est pas un simple son, car on est conscient qu’il a un sens, mais il ne l’a pas encore, puisqu’il nous est interdit. C’est une expérience de la mémoire qui nous projette dans un avenir abstrait et circulaire. Nous sommes dans le rite.

Le spectacle est une stratification des cultures et les scènes se succèdent entre elles en présentant un artisanat théâtral authentique. Nous assistons à un acte de générosité des acteurs qui ont en moyenne soixante-dix ans ; des acteurs qui, pendant cinquante ans, ont travaillé ensemble, en multipliant les expériences, les savoir-faire. Des hommes et des femmes qui chantent, qui jouent, et qui donnent forme à des gestes mystérieux.

Nous sommes dans le rite : avant, pendant, après la pièce.

Vu le 12 novembre 2022 au Théâtre du Soleil (Cartoucherie), Paris.

Silvia De Min

Thèbes au temps de la fièvre jaune ou le crépuscule du théâtre pur ? – Emilie Gauthier

Thèbes au temps de la fièvre jaune, Eugenio Barba, Théâtre du soleil, novembre 2022

Qu’est-ce que l’art théâtral a de plus irréductible ? Grotowski, ami et maître d’Eugenio Barba, répondait, il y a soixante ans : la relation acteur-spectateur. A l’époque où le théâtre devait encore marquer sa spécificité par rapport au septième art et trouver la voie de la modernité, les praticiens et théoriciens du théâtre ont cherché à réévaluer la relation acteur-spectateur, à dissoudre le personnage et à concevoir un acteur dépouillé de tout illusionnisme. Attaché à ces jalons théoriques et pratiques, la troupe de l’Odin Teatret dirigée par Eugenio Barba a joué devant les publics du monde entier pendant six décennies. Cinquante-huit ans après sa création, ce « théâtre-laboratoire » a-t-il encore ses cobayes parmi le public ?

La plupart des spectateurs de Thèbes au temps de la fièvre jaune, représenté le 12 novembre 2022 au Théâtre du Soleil, ne semblent pas avoir communié dans l’espace utérin de la salle que renforçait un dispositif bifrontal. Le peu d’engouement et la sidération du public sont-ce l’appel du crépuscule du « théâtre pur » ? Les bâillements dans la salle, les rires à la sortie : est-ce là le signe d’une « représentation-musée », conçue par une troupe à l’esthétique et aux théories momifiées ? Pas tout à fait.

Certes, les vastes monologues en grec ancien et l’absence totale de mimésis ont de quoi effrayer le spectateur, même (ou surtout !) le plus novice. Peut-être quelques lettrés, spécialisés dans les études théâtrales de la deuxième moitié du XXsiècle, auront seuls la capacité intellectuelle de critiquer cette pièce et d’y apporter quelques clefs de lecture. Nous renonçons ici à nous épancher sur le fond conceptuel de la représentation.  Car lorsque, dans une obscurité quasi-totale, les comédiens grimés à l’extrême, parés d’étranges frocs, et d’un pas si léger qu’il semble presque suspendu, commencent leur marche rituelle dans le cliquetis de quelques cloches invisibles, c’est là que le spectacle frappe au cœur. Curieux d’abord, interloqué peut-être, le spectateur ne peut résister à la transe collective qui le transporte lentement pendant quelques minutes. Nous voilà transportés en Grèce antique, où du moins quelque part à l’aube de l’art théâtral, à l’époque d’un théâtre primitif où le spectateur même se faisait acteur dans la communion de la cité. Dionysos dormait quelque part sous le plancher de la scène, et le voilà qui se réveille, dans les yeux du comédien – du spectateur face à moi ? L’abolition des frontières et la dissolution de l’espace scénique, renforcée par le choix du système bifrontal, participent du plaisir du spectateur.

Qu’importe, au fond, l’histoire qui nous est racontée. Le personnage, du reste, disparait dans cette forme théâtrale dépouillée à l’extrême : l’acteur devient une partition. Le chant, en effet, domine la représentation : il est le langage de l’homme et de la bête. Plus encore, l’émotion naît d’un mélange des arts. La peinture même devient un support de jeu : l’imaginaire de Munch, Van Gogh, Picasso, imprimé sur des toiles immenses, s’animent en lieux et en personnages abstraits. Le musée n’est pas loin, certes, mais il s’agite et remue la mémoire collective ; l’histoire de l’art et celle du théâtre se confondent ; le souvenir d’une langue perdue ressurgit dans quelques noms saisis au vol : Antigoni, Créon, Œdipe. Le crépuscule du théâtre pur n’a rien de morne. Sidéré, rieur, silencieux : les spectateurs de Thèbes au temps de la fièvre jaune dans leur stupéfaction sentent quelque chose qui les point, quelque chose d’indicible qui transcende l’effort de la raison. Peut-être le « théâtre-laboratoire » disparaitra-t-il avec ses derniers praticiens. Mais ses cobayes du 12 novembre 2022 se souviendront de l’expérience, de même que l’Odin Teatret et Eugenio Barba continueront à transparaître dans la mémoire éphémère et pourtant impérissable du spectacle vivant.

Emilie Gauthier

Thèbes au temps de la fièvre jaune – Informations

Eugenio Barba – Odin Teatret

Théâtre du Soleil, 12 novembre 2022

https://www.theatre-du-soleil.fr/fr/agenda-2022/thebes-au-temps-de-la-fievre-jaune-2022-2436

Thèbes au temps de la fièvre jaune, Eugenio Barba, Théâtre du Soleil, 12 novembre 2022
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search