Vertige aux Bouffes du Nord -Emilie Gauthier

Dans une succession de tableaux délurés et clinquants, sept comédiens racontent leur passage dans une école de théâtre. Le rideau se lève en 2001, au milieu d’amours naissantes et d’amitiés en devenir : dans la salle, le spectateur oscille entre le rire et la sidération à l’écoute de la première réplique de la pièce – quelque chose comme « je te pénètre » ; « je te suce ». Finalement le rire l’emporte : l’on comprend que les deux personnages, dans une mise en abîme cocasse, répètent eux-mêmes un de leurs rôles d’école. Et si bien qu’ils se prennent au jeu : la fabrique du théâtre devient, pour les jeunes premiers, l’école du désir. Mais à l’enjouement pubère succède brutalement un autre tableau saturé d’angoisse et de cris. Dans une date fatidique, qu’on devine être le 11 septembre 2001, une foule de morts se pressent, dans un enchaînement compulsif et violent de monologues désespérés et d’hurlements. 

Guillaume Vincent, Vertige, Bouffes du Nord, 6 avril 2023.

Vertige, représenté aux Bouffes du Nord le 6 avril 2023, est le chœur d’une jeune génération en détresse, prise au piège d’un présent qu’elle semble subir sans comprendre, et terrorisée par un avenir incertain, qui n’est que promesse de chaos. Peu d’espoir dans cette pièce pour la jeune génération d’acteurs de 2001, qui, du traumatisme de la découverte du SIDA à la pandémie de Covid-19, n’a fait que se débattre au fil des catastrophes : attentats terroristes, suicide, alcoolisme, violences sexistes, élévation monstrueuse de l’extrême droite. Malgré la fête, les rires et les strass, un lourd sentiment de vanité et d’incertitude emporte tout. De ce vaste récit initiatique, de ce passage à l’âge adulte, le spectateur ne retient qu’un coup d’œil sombre sur sa propre époque, brouillé par la confusion dramaturgique et textuelle qu’opère la mise en scène. Voilà donc un spectacle hétérogène et dissonant, sans doute à l’image de la génération qu’il veut peindre – mais qui ne s’y reconnaît point.  

Emilie Gauthier

Vertige : Sept personnages en quête d’identité – Laura Krippes

Avec sept comédiens et comédiennes de l’école du Nord, Guillaume Vincent monte Vertige (2001-2021) au Théâtre des Bouffes du Nord. Mélange entre expériences personnelles et références littéraires, de Tchekhov à Arne Lygre, ce spectacle vertigineux porte bien son nom. Tout tourne autour de sept personnages dans une école de théâtre, sept personnages qui essaient de se construire et de trouver leur voie dans la vie, au milieu de tout ce qui se passe autour d’eux et entre eux. Le public assiste à leurs histoires d’amour, leurs questionnements existentiels et politiques, avec en arrière-plan les attentats du 11 septembre et les élections de 2002 ; et puis à ce qu’ils sont devenus, vingt ans plus tard, à l’ombre d’une nouvelle crise, la pandémie de covid-19. 

Ces sept personnages veulent tous faire du théâtre – mais que signifie le théâtre, pourquoi fait-on du théâtre et qu’est-ce que c’est que de vouloir jouer sur un plateau ? Hedwige se fait de grandes idées de cet art : elle ne conçoit pas qu’on puisse jouer Feydeau au début du nouveau millénaire ; alors que Cyril, lui, a eu envie d’être comédien simplement après avoir vu une pièce qui l’a profondément touché. Ils arrivent tous les sept d’un univers et d’un milieu différent et c’est dans cette école que leurs vies se croiseront, s’entremêleront, avant de se séparer. Au fil du spectacle, les personnages vont vieillir et ils vont devoir se confronter au passage du temps, à la parentalité, la maladie et la mort. 

Guillaume Vincent, Vertige, Bouffes du Nord, 6 avril 2023.

Le titre décrit bien la sensation que ressentent les personnages face au temps qui passe, face à leur vie qui s’écoule. Ce vertige se reflète également dans la mise en scène, avec des sauts dans le temps qui brouillent la chronologie et des scènes sensationnelles, qui peuvent parfois plus troubler qu’impressionner. Il est clair que les acteurs et actrices se plaisaient dans des rôles qu’ils ont construits au fur et à mesure des répétitions : les vies des protagonistes se mêlent avec celles des personnages des Vagues de Virginia Woolf, avec les anecdotes racontées par le metteur en scène sur ses expériences en école de théâtre au début des années 2000 et avec leurs propres vies. Peut-être était-ce finalement un spectacle pour leur plaisir autant que pour celui des spectateurs et spectatrices.

Laura Krippes

Vertige (2001-2021) donne bien le vertige – Isabeau Besnier

Vertige (2001-2021) est représenté au théâtre des Bouffes du Nord du 23 mars au 8 avril 2023. Écrit par son metteur en scène Guillaume Vincent, en collaboration avec les interprètes issus de la promotion 6 de l’École du Nord, il représente l’histoire fictive de sept jeunes, de leur entrée dans une école de théâtre en 2001, jusque l’année qui correspond à la date de création du spectacle, 2021.

La représentation s’ouvre sur deux apprentis acteurs rejouant une scène de répétition – qu’on découvrira, pendant le bord de plateau qui suivra la représentation, être écrite à partir d’une véritable répétition, reproduite à l’identique. La gêne des personnages et leur tentative maladroite de représenter les allusions sexuelles du texte suscitent les rires gras de la salle. Au réalisme brutal et cocasse de cette première scène succède l’apparition spectrale des personnages, qui, assourdis par un morceau de musique classique, déclament des répliques décontextualisées qui ne prendront sens que lorsqu’elles seront répétées dans la suite du spectacle : une citation de Tchekhov, l’évocation d’un suicide, le souvenir de la chute des deux tours, une conversation téléphonique avec un enfant, un coup de feu. À l’image de cette entrée en scène, l’ensemble du spectacle mêle les scènes de vie concrètes (et parfois grotesques) des jeunes acteurs : l’on s’amuse de leurs désirs et de leurs désillusions, et des passages plus opaques, métaphoriques et lyriques, qui, à l’aide de références littéraires pointues (Arne Lygre, Tchekhov, Brecht, Kane, Dostoïevski), sert une réflexion sur le temps, la jeunesse et la mort ; carpe diem, memento mori et tutti quanti.

Apparemment structurée autour des Vagues, l’action de la pièce m’est apparue décousue et arbitraire. Cela semble résulter des circonstances de sa création, issue de la concordance fortuite entre le vingtième anniversaire de l’attentat des deux tours, l’entrée de Guillaume Vincent à l’école du Théâtre National de Strasbourg, un précédent travail sur le texte de Woolf par le metteur en scène et la possibilité d’une collaboration avec de jeunes acteurs fraîchement sortis d’école. Le propos et sa cohérence se construisent sur le plateau, autour de ces éléments contingents. Les costumes mêmes résultent d’une contingence ; quand on lui demande d’expliquer, en bord de plateau, le choix des costumes, Guillaume Vincent déclare qu’ils sont simplement issus de ce que le Théâtre du Nord possédait déjà. 

La mise en scène parvient bien à susciter la sensation de vertige qu’évoque le titre ; grâce à la métathéâtralité qui résulte du sujet même de la pièce, grâce aux passages métaphoriques évoqués plus haut, mais aussi grâce à la gestion de la temporalité. La pièce s’attarde longuement sur la première année à l’école, retrace plus succinctement la deuxième, et évoque de façon elliptique les années qui suivent jusqu’en 2021 ; comme si le temps passait, illusoirement, de plus en plus vite. Cette accélération du temps aboutit à une scène finale qui veut en faire exploser les limites et qui propulse le récit dans un hors-temps. La pièce part du particulier pour tenter de tendre vers l’universel ; et c’est là que j’ai décroché.

Je ne sais donc plus exactement ce que j’ai compris de ce final. Je ne suis d’ailleurs pas sûre qu’il soit bon d’en chercher un sens, tant la pièce me semble le fruit de concordances fortuites. Peut-être sont-ce son titre, et le résumé qui en est fait sur le carton, qui m’ont mise dans de fâcheuses dispositions. La mention de ces deux dates, 2001 et 2021, crée des attentes qui ne sont pas comblées ; je m’attends à une exploration des relations entre les deux époques, il n’en est rien. Le vertige, certes, est complet : mais une fois passé, il n’en reste qu’une vague impression d’avoir sincèrement ri, et aussi de s’être ennuyé.

Isabeau Besnier

Vertige d’une génération (2001-2021) – Aida Copra

Le 06 avril 2023 – Théâtre Bouffes du Nord 

En partenariat avec le Théâtre Nanterre-Amandiers 

Texte et mise en scène Guillaume Vincent

Texte écrit en collaboration avec les interprètes Création

Avec (issus de la promotion 6 de l’École du Nord)

Suzanne de Baecque, Adèle Choubard, Maxime Crescini, Simon Decobert, Joaquim Fossi, Solène Petit, Rebecca Tetens et six enfants

https://www.jevaisautheatre.com/post/vertige-d-une-génération-2001-2021

Mis en scène par Guillaume Vincent et créé le 31 janvier 2023 au Théâtre du Nord,  Vertige (2001-2021)raconte l’histoire de sept jeunes qui entrent dans une école de théâtre en septembre 2001. La pièce est née d’un projet d’atelier de théâtre et y figurent les extraits des textes de différents auteurs, tells que Virginia Woolf, Tchekhov, Dostoievski, Brecht, Arne Lygre, Sarah Kane, etc. 

Dès la première scène, l’espace évoque une salle de répétition – une table, deux chaises, les textes sur la table et les marquages au sol pour les déplacements des acteurs. Les deux personnages entrent sur scène et commencent à lire le texte à haute voix pour passer ensuite du travail à la table à la répétition sur le plateau. En improvisant, ils explorent leurs actions en développant les gestes et les mouvements. La lecture ainsi que les gestes sont caricaturés et provoquent le rire. 

Les personnages qui deviennent comédiens dans cette scène d’ouverture nous donnent les premiers indices qui permettent à comprendre qu’il s’agit d’un spectacle qui joue merveilleusement avec le dispositif de théâtre dans le théâtre. Le spectacle bouscule continuellement le temps et l’espace de l’action. Les répétitions de deux jeunes comédiens sont interrompues par le changement de scène qui implique le changement de temps : derrière le rideau transparent, on voit un personnage féminin, une jeune comédienne, qui décrit le destin de l’acteur dans un contexte particulier – c’est 2021. C’est le moment qui dévoile l’idée principale de la pièce qui remue les souvenirs et le présent, la réalité et la fiction. Le monde de sept jeunes gens devient « un théâtre », et eux, « ils n’en sont que les acteurs ».  

Puis, le récit revient en arrière, au début. Le nouveau siècle arrive et avec lui, les événements marquants et turbulents qui perturbent les jeunes gens. C’est par le théâtre qu’ils essaient de changer le monde. Tout d’abord il faut créer un espace vide – « Je peux prendre n’importe quel espace vide et l’appeler une scène » (P. Brook), dit le jeune comédien –, ensuite, il faut choisir une pièce du répertoire classique et la réactualiser à leur propre manière. Dans cette optique, les personnages préparent une nouvelle adaptation de Feydeau. Ils y ramènent la nudité, la musique contemporaine, les costumes extravagantes et un texte tout nouveau. C’est un nouveau langage qui privilégie la création collective. Il faut aussi créer un théâtre engagé comme Brecht leur a appris. La première partie du spectacle finit avec un texte lié au mouvement social et les manifestations du 06 avril 2023 en France. Cette fois-ci, il ne s’agit pas seulement de briser les frontières entre réalité et fiction dans l’espace scénique, mais le théâtre devient véritablement une tribune publique.

Ce n’est pas seulement à travers le théâtre que l’histoire de sept jeunes est racontée. Ils nous relèvent sans cesse leurs pensées les plus profondes. En ce sens, le texte de Virginia Woolf, Les Vagues, prend une importance particulière. En recourant à des apartés, les personnages nous parlent dans et par leur discours intérieur – très souvent  dans une atmosphère comique – qui contient les interprétations personnelles de leur propre identité et des événements de la vie réelle. Leur regard est entièrement innocent. Cet aspect est exemplifié par les indications spécifiques – comme la chanson Le vent nous portera sortie en 2001 –, mais surtout à travers les personnages indéfinis de six enfants dont la présence sert à évoquer la symbolique de la vie et du renouvellement. 

La seconde partie du spectacle est dédiée aux répétions de la pièce de Tchekhov, Platonov pendant la dernière année de l’école. C’est à ce moment-là que les jeunes commencent à interpréter leur propre vie. Platonov est un personnage qui semble joyeux et apprécier la vie ; en réalité, il se montre manipulateur et cynique, révélant ainsi une facette de sa personnalité qui contraste avec son apparence extérieure. 20 ans après, c’est 2021 et le monde dans lequel les personnages se trouvent semble révéler aussi une facette de son apparence trompeuse. 

Dans une scénographie fantasmatique construite en faveur de ce jeu entre réalité et illusion, les sept comédiens démontrent leur savoir-faire non seulement en tant que leur talent individuel, mais surtout en tant que reflet d’un travail collectif total. Ils créent un espace où les individus se rassemblent pour écouter et observer les récits qui reflètent leur Histoire et leur monde afin de construire une identité collective.    

Aida Copra

Vertige (2001-2021) par Guillaume Vincent – Alice Clabaut

Guillaume Vincent nous montre que le théâtre et la vie s’entremêlent toujours unpeu, jusqu’à vous en donner le Vertige (2001-2021).

La programmation de mars-avril 2023 du théâtre des Bouffes du Nord propose de prendre de la hauteur sur les vingt dernières années avec Vertige (2001-2021), un texte écrit et mis en scène par Guillaume Vincent en collaboration avec les sept interprètes issus de la promotion 6 de l’École du Nord : Suzanne de Baecque, Adèle Choubard, Maxime Crescini, Simon Decobert, Joaquim Fossi, Solène Petit, Rebecca Teten.

Vertige (2001-2021) retrace le parcours de sept jeunes gens qui intègrent une école de théâtre à l’orée du nouveau millénaire. Le programme promet de suivre la trajectoire d’une génération qui a vécu les horreurs du début du siècle : l’effondrement des Tours jumelles, la montée de l’extrême-droite, la crise économique, le dérèglement climatique, etc. Tous ces éléments contextuels apparaissent en toile de fond, certes, mais en sortant du théâtre c’est plutôt les différents parcours de vie de sept jeunes acteurs qui marquent les esprits. Pour cause, le spectacle se construit autour de leur vie à l’école et des pièces de théâtre qu’ils travaillent et qui les travaillent. Et comme dans la tête d’un ou d’une jeune vingtenaire, il y a beaucoup de choses dans cette pièce, peut-être trop à certains moments, en tout cas suffisamment pour vous donner le Vertige, et laisser la possibilité à chacun de s’approprier un morceaux de cette explosion d’émotions et d’événements. 

Il faut le dire, Vertige (2001-2021) est un spectacle éclatant et mouvant. Ces deux qualificatifs sont à comprendre dans leur polysémie. Tout est d’éclat. Les costumes bigarrés tapent dans l’œil et font résonner visuellement les textes de théâtre qu’ils permettent aux comédiens d’incarner. Du nu, de la nuisette et des plumes pour Feydeau, ou de grands chapeaux et des robes longues pour Tchekhov. Les choix de lumières vives et colorées mettent en valeur autant les paillettes du décor que les émotions des personnages. Le spectacle est aussi construit autour des éclats de voix. Ça rit, parfois un peu grassement, ça jouit, parfois un peu fort, ça crie, parfois un peu trop. Éclat, éclatant, éclatement, la pièce part dans tous les sens, au moins pendant le premier acte qui voit ces jeunes entrer dans leur école de théâtre, découvrir la vie et s’éclater eux-aussi. Amour du théâtre et ambition professionnelle, amour tout court et projet d’avenir, leur vie est rythmée par leur autonomie récemment acquise loin de leur famille et de leurs milieux sociaux. Et les pièces qu’ils travaillent leur permettent d’explorer cette liberté nouvelle. 

Vertige (2001-2021) est aussi un spectacle mouvant. Comme ces jeunes que l’incertitude du monde présent et futur anime, les décors de la pièce bougent et les comédiens occupent tous les espaces du théâtre, l’avant et l’arrière scène, le public et les coulisses. Les Bouffes du Nord dansent avec ces sept acteurs de l’école du nord. Même si ces jeunes adultes semblent d’abord frivoles et naïfs, le deuxième acte confirme leur profondeur et rend leur parcours émouvant. Les sept personnages acquièrent alors une autre dimension. Leur envergure se relève à mesure que leurs failles et leurs doutes se révèlent. Une touche tragique s’ajoute au comique de la pièce et les mouvements des corps s’accordent avec celui du temps qui passe. On parle alors du futur tel qu’on ne peut pas l’imaginer lorsqu’on commence ses études : mouvant, et mourant. 

Vous l’aurez compris, il n’est pas facile de résumer Vertige (2001-2021) sans risque d’en amoindrir le propos. Une chose est sûre, cette œuvre complexe et colorée met en lumière la problématique de la création d’un spectacle de théâtre au côté de celle de la construction de soi. 

Alice Clabaut

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search