L’art du seul-en-scène maîtrisé, Guerre de Benoît Lavigne – Agathe Faucourt

Benoît Lavigne et Benjamin Voisin réussissent le pari d’adapter le roman inédit de Louis-Ferdinand Céline en un seul-en-scène puissant qui donne corps et voix aux antihéros de la Grande Guerre.

Théâtre du Petit Saint-Martin, 17.10.2023

Texte : Louis-Ferdinand Céline

Adaptation : Bérangère Gallot et Benoît Lavigne

Mise en scène : Benoît Lavigne

Avec : Benjamin Voisin

On le sait, l’exercice du seul-en-scène est un art complexe, en particulier lorsque le sujet abordé empêche, à priori, toutes notes d’humour. Guerre mis en scène par Benoît Lavigne et interprété par le césarisé Benjamin Voisin relève donc ici un double défi : adapter pour la scène une œuvre littéraire tout en captivant l’auditoire par l’entremise d’une distribution réduite à son minimum. Défi réussi pour Benoît Lavigne et Benjamin Voisin qui signent ici une très belle première adaptation du roman inédit de Louis-Ferdinand Céline retrouvé en 2021 et publié en grande pompe aux éditions Gallimard l’année suivante. 

Avant même le lever du rideau, le public est déjà plongé dans les tranchées fumantes de la Grande Guerre grâce à la scénographie de Seymour Laval. La fumée blanche qui s’abat vite, très vite, sur la minuscule salle du Petit Saint-Martin semble aussi faire office d’avertissement : préparez-vous à être enfumé nous dit-on, méfiez-vous des coups d’esbroufe. Or, justement, le héros de Guerre excelle en la matière, à tel point que le spectateur finit par douter que celui-ci mérite véritablement son titre de héros de guerre. Pour justifier sa couardise, le bien connu Ferdinand n’hésite pas à singer son entourage dans un récit haut en couleurs qui lui laisse toujours le beau rôle. 

Sur scène, un décor dépouillé laisse le champ libre à Benjamin Voisin pour déployer son jeu d’acteur caméléon : il incarne aussi bien les soldats traumatisés que les femmes qui égaient leur convalescence – Ferdinand et sa loyauté chancelante bien sûr, mais aussi le délicieux Cascade, à la jambe boiteuse et au sourire niais bientôt accusé d’avoir trahi la patrie, ou encore la peu scrupuleuse Mlle Lespinasse, infirmière de son métier atteinte d’un cas particulièrement prononcé de « e prépausal ». À chaque nouveau personnage, Benjamin Voisin fait peau neuve, transforme sa voix, sa gestuelle, son phrasé, investit son énergie, engage son corps et sa sueur pour donner à voir la félonie, l’égoïsme, et la noirceur de ces antihéros dont Céline a le secret. Proche de l’exploit, la performance est presque aussi étourdissante que prodigieuse. La mise en lumière très soignée – encore une fois signée par Seymour Laval – accompagne sans aucune fioriture le rythme effréné des métamorphoses de l’acteur. Le spectateur est embarqué d’un lieu à l’autre sans alourdir l’œuvre par des changements de décors superflus. En évitant tout excès de théâtralité, la mise en scène de Benoît Lavigne rend hommage au verbe célinien qui nous fait rire et pleurer autant qu’il nous écœure. 

Reste que la dernière diatribe de Ferdinand est peut-être celle de trop. La complexité de l’écriture célinienne a finalement raison de la scène : si elle nous tient en haleine au fil des pages, la langue tortueuse de l’écrivain finit par perdre le public une fois retransmise sur scène. Que dire aussi du parallèle que suggère le metteur en scène entre l’œuvre de Céline et la guerre en Ukraine ? Ferdinand n’a rien du soldat ukrainien – ou du moins, on l’espère – et c’est tant mieux. Il est le produit d’une époque qui tient encore pour vrai que la guerre suffit à tout pardonner, y compris un sexisme rance qui contaminait déjà les pages du Voyage au Bout de la Nuit. L’allusion au contexte politique nous paraît donc ici un peu trop hâtive. Le texte de Céline semble en effet trouver toute sa force dans sa particularité historique plutôt que dans sa prétendue résonance.

© Théâtre de la Porte Saint-Martin
https://www.portestmartin.com/guerre

Agathe Faucourt

Trouver le cœur dans la misère dans Misericordia d’Emma Dante – Agathe Faucourt

Théâtre du Rond Point, 14.10.2023 

Texte et mise en scène : Emma Dante

Avec : Italia Carroccio (Bettina), Manuela Lo Sicco (Nuzza), Leonarda Saffi (Anna), Simone Zambelli (Arturo)

Lumières : Cristian Zucaro

Malgré la noirceur de son titre, Misericordia commence dans la légèreté et l’humour : Anna, Nuzza et Bettina, trois italiennes qui vivent sous le même toit se chamaillent pour une histoire de sandwich. Expertes dans l’art du comique de geste, les trois comédiennes ne tardent pas à faire sourire l’ensemble de la salle. Que le spectateur non-italianisant se rassure : si quelques échanges se perdent au gré des piques que s’échange le trio de comédiennes, l’expérience n’en sera que plus authentique. Emma Dante affirme en effet que le public italien a parfois lui-même du mal à saisir l’ensemble des dialogues de son œuvre puisque celle-ci fait non seulement usage de plusieurs dialectes mais tend aussi à remplacer le mot par le geste. 

Tout aussi délicieuse à entendre et à voir donc, la querelle initiale est pourtant loin d’être anodine, en témoigne la sobriété du décor. Encerclées par une multitude d’objets de peu de valeur, les quatre chaises choisies par Emma Dante ne parviennent pas à combler l’espace de la vaste scène du Théâtre du Rond Point et laissent planer une impression de vide et de manque. Et c’est dans cette misère que nos trois italiennes doivent élever Arturo, l’enfant de leur quatrième colocataire de fortune décédée peu de temps après avoir donné naissance. Devenues mère à trois têtes, Anna, Nuzza et Bettina sont prêtes à tout donner – y compris leurs corps qu’elles vendent aux passants pour quelques billets – à cet enfant qui ne parvient ni à communiquer ni à contrôler ses mouvements. Mais à l’image des tourbillons sans fin dans lesquels nous embarque l’interprète d’Arturo, l’impressionnant Simone Zambelli, danseur de formation, le jeune orphelin a besoin de plus et de mieux pour guérir les blessures d’une naissance placée sous le signe de la violence conjugale. Nos trois mères de substitution acceptent donc un ultime sacrifice, une privation impensable : confier l’être qu’elles aiment sans condition à des mains plus aptes et moins miséreuses. La séparation, soulignée par une musique de fanfare entêtante, est tout aussi déchirante que porteuse d’espoir. Le renoncement parfaitement désintéressé de ces trois femmes signe peut-être le salut d’Arturo. C’est là tout l’art du texte et de la mise en scène d’Emma Dante : trouver le cœur dans la misère à l’heure où la société contemporaine cloisonne la différence et récompense les comportements individualistes.

Sans conteste, Misericordia nous offre une réflexion poignante sur l’essence même de l’altruisme. Réflexion qui aurait sans doute encore gagné en profondeur et en fragilité en confiant le rôle d’Arturo à un acteur lui-même atteint du handicap qui accable le personnage. On retiendra toutefois la justesse des chorégraphies de Simone Zambelli qui parviennent à esthétiser l’infirmité du corps et de l’esprit sans jamais les singer. 

Critique rédigée le 23 octobre 2023 par Agathe Faucourt

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search