Vertige : Sept personnages en quête d’identité – Laura Krippes

Avec sept comédiens et comédiennes de l’école du Nord, Guillaume Vincent monte Vertige (2001-2021) au Théâtre des Bouffes du Nord. Mélange entre expériences personnelles et références littéraires, de Tchekhov à Arne Lygre, ce spectacle vertigineux porte bien son nom. Tout tourne autour de sept personnages dans une école de théâtre, sept personnages qui essaient de se construire et de trouver leur voie dans la vie, au milieu de tout ce qui se passe autour d’eux et entre eux. Le public assiste à leurs histoires d’amour, leurs questionnements existentiels et politiques, avec en arrière-plan les attentats du 11 septembre et les élections de 2002 ; et puis à ce qu’ils sont devenus, vingt ans plus tard, à l’ombre d’une nouvelle crise, la pandémie de covid-19. 

Ces sept personnages veulent tous faire du théâtre – mais que signifie le théâtre, pourquoi fait-on du théâtre et qu’est-ce que c’est que de vouloir jouer sur un plateau ? Hedwige se fait de grandes idées de cet art : elle ne conçoit pas qu’on puisse jouer Feydeau au début du nouveau millénaire ; alors que Cyril, lui, a eu envie d’être comédien simplement après avoir vu une pièce qui l’a profondément touché. Ils arrivent tous les sept d’un univers et d’un milieu différent et c’est dans cette école que leurs vies se croiseront, s’entremêleront, avant de se séparer. Au fil du spectacle, les personnages vont vieillir et ils vont devoir se confronter au passage du temps, à la parentalité, la maladie et la mort. 

Guillaume Vincent, Vertige, Bouffes du Nord, 6 avril 2023.

Le titre décrit bien la sensation que ressentent les personnages face au temps qui passe, face à leur vie qui s’écoule. Ce vertige se reflète également dans la mise en scène, avec des sauts dans le temps qui brouillent la chronologie et des scènes sensationnelles, qui peuvent parfois plus troubler qu’impressionner. Il est clair que les acteurs et actrices se plaisaient dans des rôles qu’ils ont construits au fur et à mesure des répétitions : les vies des protagonistes se mêlent avec celles des personnages des Vagues de Virginia Woolf, avec les anecdotes racontées par le metteur en scène sur ses expériences en école de théâtre au début des années 2000 et avec leurs propres vies. Peut-être était-ce finalement un spectacle pour leur plaisir autant que pour celui des spectateurs et spectatrices.

Laura Krippes

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search