La parole cachée : Misercordia de Emma Dante – Nicole Botti

Sur la scène, le spectateur voit quatre chaises placées les unes à côté des autres : un espace épuré, quasiment vide, un garçon et trois femmes. Deux des femmes sont debout en train de parler à voix basse.  Visiblement, il y a conflit, et c’est a priori l’autre femme assise qui en est la cause. Et en effet, une dispute – du quotidien, banale en somme – explose quelques minutes après. Pourtant, jusque-là, aucun mot n’avait été prononcé clairement, ni aucune phrase articulée. Le spectateur ne peut que regarder la scène devant lui et se laisser porter par ces sons incompréhensibles, qui, de temps en temps, font rire la salle. 

C’est peut-être dans cette ouverture, ce dialogue initial sans paroles définies, que l’on peut voir le mode d’emploi de Misericordia, un spectacle de Emma Dante joué au théâtre du Rond-Point en italien, plus précisément en dialecte sicilien. Dans le reste de la pièce, les dialogues sont dosés et régulièrement brisés par la gestualité et les sons du travail de mise en scène. 

Les trois femmes de Misericordia, Anna, Nuzza e Bettina, sont des prostituées. Elles habitent un lieu indéfini en Sicile, dans un univers fait de violence, d’humiliation, de misère et d’avilissement. Avec elles habite Arturo, un garçon handicapé. C’est le fils de Lucia, feu leur amie et colocataire, battue à mort par le père de l’enfant lors de sa grossesse. Arturo est donc né orphelin et il a été élevé par ces trois femmes, dans cette maison étouffante, où on tricote le jour, et vend son corps la nuit.

Toutes les parties dialoguées transmettent le point de vue des femmes : c’est à travers leur récit que nous apprenons leur histoire, que nous revivons leur passé et connaissons leur présent. Anna, Nuzza et Bettina sont plongées dans cet univers de violence et de misère : on les voit osciller entre la résignation désespérée et le dégout pour leurs propres vies. Cette violence, cette misère se retrouvent non seulement dans leur récit, mais aussi dans leurs mouvements, dans leurs gestes, dans leurs disputes. Le garçon au contraire ne parle jamais, mais il occupe l’espace, il est tout temps en mouvement. C’est par les regards et les mouvements qu’il communique, créant une sorte de danse convulsive. Le comédien Simone Zambelli donne ici une performance remarquable, en réussissant à transmettre au spectateur un mélange de grâce et de drame par les seuls mouvements de son corps. 

Arturo, qui ne devrait être qu’un énième malheur pour touche ces trois femmes miséreuses, devient au contraire leur rayon de soleil : chacune a sa façon d’être la mère de ce garçon, et toutes les trois brillent de tendresse en prenant soin de lui, en le réprimandant, et même en s’en plaignant. 

© Masiar Pasquali

Finalement, la force et peut-être la faiblesse – selon les goûts – de cette mise en scène, c’est de réussir à mettre en évidence le non-dit. C’est exactement dans cette alternance de parole et de gestes que le spectacle nous parle, par l’accumulation d’images excessives, qui sont faites de couleurs vivantes, d’un nombre incalculable d’objets jetés sur scène et de corps imparfaits. C’est aussi grâce à ces comédiens capables de donner vie à cet univers à la fois cru et poétique, qu’Emma Dante crée une mise en scène intense, perturbante et puissante. 

Nicole Botti

 

https://www.theatredurondpoint.fr/spectacle/misericordia/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search